•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto et Vancouver au sommet d'une liste des bulles immobilières potentielles

Point de vue sur le centre-ville de Toronto avec des constructions au premier plan

Un point de vue sur le centre-ville de Toronto

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Toronto s'est hissée au sommet d'un palmarès des villes les plus susceptibles de connaître une bulle immobilière dans le monde, pendant que Vancouver s'emparait du quatrième rang, selon un rapport publié par la firme UBS Group AB.

Il s'agissait de la première présence de Toronto au classement annuel réalisé pour l'indice mondial UBS des bulles immobilières. Parmi les autres villes du haut de la liste figurent Stockholm, Munich et Sydney.

La firme mondiale de services financiers, établie en Suisse, a précisé que le risque de bulle immobilière dans toutes ces villes avait grimpé de façon importante au cours des cinq dernières années et que les prix des habitations y avaient progressé en moyenne de près de 50 % depuis 2011.

À Toronto, à Munich et à Sydney, les prix ont grimpé de plus de 10 % au cours de la seule dernière année. Au Canada, une grande partie de l'effet de la hausse des prix des maisons sur l'accessibilité a été amortie par la faiblesse des taux d'intérêt hypothécaires.

Même si les prix des maisons à Toronto et à Vancouver ont progressé pendant que la dépréciation du dollar canadien les protégeait contre les vents contraires économiques, UBS estime que le raffermissement du huard et de nouvelles hausses des taux d'intérêt devraient « mettre fin à la fête » à Toronto.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !