•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pratiquer le droit en région, une histoire de coeur

Gravelbourg Still standing

Radio-Canada

La très grande majorité des avocats manitobains travaillent dans la capitale de la province, Winnipeg, où vivent plus de 6 habitants du Manitoba sur 10. Certains ont toutefois décidé de faire carrière en milieu rural en raison, le plus souvent, des liens qui les unissent à une communauté et à ses membres.

Un texte de Rémi Authier

L'avocat Mathieu Lafrenière dans son bureauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Me Mathieu Lafrenière travaille depuis 2016 dans un cabinet d'avocat de Steinbach et prévoit déménager hors de Winnipeg sous peu pour continuer sa carrière en milieu rural.

Photo : Radio-Canada

Pour Mathieu Lafrenière, c'est une offre d'emploi qui l'a poussé à amorcer sa carrière d'avocat à Steinbach, dans le sud-est de la province, après des études au Dakota du Nord voisin. Un peu plus d'un an après avoir commencé à exercer, il envisage de déménager dans la région pour ne plus avoir à faire le va-et-vient avec la capitale où il réside encore.

Mathieu Lafrenière apprécie l'absence de routine de son travail comme avocat généraliste dans la communauté de 15 829 habitants.

Je peux faire du droit de la famille une journée, être en cour le lendemain, le jour d'après rencontrer 10 clients pour vendre des maisons, et puis deux semaines sans parler à un client. [...] Ce n’est pas répétitif. Je n’ai pas une journée normale.

Mathieu Lafrenière, avocat
Statistiques sur la concentration d'avocats dans les principaux centres urbains du Manitoba et du Québec.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Manitoba a une plus grande concentration d'avocats dans sa capitale que dans les centres urbains du Québec.

Photo : Radio-Canada

L'économie locale, qui se concentre dans l'agriculture, influence aussi grandement le travail des avocats de la région. Comme le souligne Me Lafrenière, les fermiers représentent une part importante des clients commerciaux de son cabinet, mais ceux-ci sont le plus souvent trop occupés durant la saison des récoltes. Le jeune avocat note toutefois que le fait de travailler dans plusieurs domaines fait en sorte qu'il ne manque pas de travail.

On ne va pas voir [les fermiers] du mois d'avril jusqu'à la fin de la récolte en octobre, même novembre. Mais durant ce temps-là, c'est quand la majorité des ventes de maisons arrivent, alors on a quand même beaucoup de clients à ce moment.

Mathieu Lafrenière, avocat

Une nouvelle génération près de ses racines

L'étudiante en droit Jaymi Lee Brown dans le parc Bethel à Winkler au ManitobaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'étudiante en droit Jaymi Lee Brown espère retourner vivre et travailler dans sa communauté d'origine, Winkler, lorsqu'elle aura obtenu son diplôme et de l'expérience sur le marché du travail.

Photo : Radio-Canada

La concentration de cabinets d'avocats et de clients dans la capitale manitobaine attire les étudiants qui finissent leurs études en droit. Mais certains, nés hors de Winnipeg, conservent de forts liens avec la communauté qui les a vus grandir et désirent y retourner.

C'est le cas de Jaymi Lee Brown, une étudiante de la faculté de droit Robson Hall âgée de 23 ans et originaire de Winkler. La communauté de 14 311 résidents, située à environ une heure et demie au sud-ouest de Winnipeg, a une place de choix dans le coeur de la jeune femme.

C'est important pour moi de maintenir l'esprit communautaire que j'ai déjà établi. [...] Je ne veux pas perdre ces relations et revenir ici est une superbe occasion de faire partie de la communauté.

Jaymi Lee Brown, étudiante en droit
Jaymi Lee Brown discute avec sa mère et un avocat d'un cabinet rural du Manitoba.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

C'est dans ce petit cabinet d'avocat de Winkler où sa mère travaille depuis 30 ans que Jaymi Lee Brown a fait ses premières armes dans le monde juridique grâce à un emploi d'été.

Photo : Radio-Canada

De nombreux avocats de la communauté ont une pratique adaptée aux besoins des fermiers, mais Winkler a une pénurie d'avocats en droit criminel et en droit de la famille, affirme l'étudiante. Cela oblige les résidents à trouver un avocat hors de la petite ville lorsque personne n'est disponible ou ne détient d'expertise particulière dans la région.

Les rêves professionnels de Jaymi Lee Brown et les besoins de sa ville natale entrent par contre quelque peu en conflit. La jeune femme aimerait travailler au ministère de la Justice ou dans certains domaines de droit pour lesquels il n'y a pas de demande à Winkler et doit faire une croix sur ces choix.

À l'avenir, ça serait vraiment un sacrifice. Si je m'intéresse à quelque chose comme le droit international, il n'y a absolument aucune chance de faire du droit international à Winkler. C'est une grande peur pour moi face à l'avenir.

Jaymi Lee Brown, étudiante en droit

L'étudiante envisage d'aller travailler quelques années hors de la province avant de revenir s'établir dans son village natal. C'est d'ailleurs dans un petit cabinet local qu'elle a fait ses premiers pas dans l'exercice du droit en y travaillant au cours des deux derniers étés. Cela a été, pour elle, une expérience pleine d'enseignements.

Les gens vont toujours vous sous-estimer, surtout si vous êtes une avocate dans une communauté où les valeurs sont un peu dépassées. [...] Ce que je dirais à une avocate qui veut travailler en milieu rural, c'est d'être sûre d'elle et de ne pas laisser l'opinion des gens l'influencer.

Jaymi Lee Brown, étudiante en droit

Notre dossier Barreau du Manitoba>>

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Société