•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle vidéo contre le phénomène du sextage à Gatineau

Une chatte et une queue de lézard sont utilisées pour représenter les parties intimes des adolescents.

Quelques-unes des affiches utilisées dans le cadre de la campagne #gardeçapourtoi

Photo : Courtoisie du SPVG

Radio-Canada

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) lance une nouvelle vidéo pour sensibiliser les jeunes aux dangers du phénomène du sextage.

Le sextage, appelé « sexting » en anglais, est l'envoi de messages sexuels explicites, avec des photos ou des vidéos, que ce soit par messagerie texte ou encore par clavardage.

La nouvelle vidéo de sensibilisation vient s'ajouter aux autres éléments de la campagne du SPVG contre ce phénomène, baptisée #GARDEÇAPOURTOI, lancée au mois d'avril.

La vidéo humoristique s'adresse principalement aux jeunes âgés de 12 à 17 ans. Elle sera diffusée sur les réseaux sociaux et sur des sites Internet prisés par les adolescents. Elle sera également projetée sur les écrans de cinéma durant la période des fêtes.

 

La responsable de la campagne du SPVG, Isabelle Plante, indique que les jeunes ont bien reçu le message lors des premières présentations faites dans les écoles secondaires en avril, mai et juin.

« Nul doute que le sextage et ses conséquences ont généré plusieurs discussions entre amis et à la maison », indique Mme Plante.

Elle croit que la vidéo va susciter de nouvelles discussions et que les jeunes seront déjà au fait des dangers du sextage lorsque les policiers effectueront une autre tournée dans les écoles.

La campagne #GARDEÇAPOURTOI vise à informer les adolescents qu'il illégal d'échanger des images de nudité dans lesquelles figurent des mineurs, même s'il y a consentement.

Les jeunes s'exposent à des accusations criminelles liées à la production, à la possession et à la distribution de pornographie juvénile, ainsi qu'à la publication non consensuelle d'une image intime, lorsqu'ils envoient ou partagent des photos ou des vidéos à caractère sexuel.

PRÉCISION : La version originale de cet article identifiait Isabelle Plante comme étant criminologue. Or, son employeur, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), a par la suite révisé son titre, puisque Mme Plante n'est pas membre de l'Ordre professionnel des criminologues du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Sexualité