•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Demande d'injonction du projet d'éoliennes North Kent Wind devant les tribunaux

Vue extérieure d'un palais de justice. Une banderole dit : «Ministry of endangerment and Corporate Collu$ion» est installée sur une pelouse devant

Les promoteurs du projet controversé d'éoliennes North Kent Wind en cour pour leur demande d'injonction pour empêcher des manifestants de bloquer leurs chantiers de construction.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Radio-Canada

La Cour supérieure de l'Ontario a entendu jeudi matin la demande d'injonction de Samsung et de Pattern Developpment, les promoteurs du projet d'éoliennes controversé North Kent Wind, afin d'empêcher les manifestants de bloquer leurs chantiers de construction.

Le public était tellement nombreux qu'il a fallu changer de salle pour tenir l'audience.

Le juge Kirk Munroe a d'abord entendu une femme autochtone qui a participé aux manifestations qui ont eu lieu fin août. Elle a expliqué que le chantier de construction se situait sur des terres qui appartenaient à la Première Nation Chippewas.

Jim Bunting, l'avocat de Pattern Developement, a expliqué qu'avant de bloquer les activités de la compagnie des manifestants étaient entrés par effraction sur ses sites d'opération à plusieurs reprises pour insulter des ouvriers et vandaliser de l'équipement.

Avec l'injonction, la compagnie espère pouvoir empêcher les manifestants de revenir sur ses chantiers.

Des résidents de Chatham-Kent frustrés par la construction d'éoliennes ont organisé un blocus le 29 août pour réclamer l'arrêt des travaux.

Des résidents de Chatham-Kent frustrés par la construction d'éoliennes ont organisé un blocus le 29 août pour réclamer l'arrêt des travaux.

Photo : Radio-Canada / Derek Spalding

Fin août, le groupe de défense de l'eau potable, Water Wells First, avait bloqué pendant onze jours l'accès à un chantier dans Chatham-Kent. Samsung et Pattern Developpment avaient alors obtenu une injonction temporaire qu'ils souhaitent maintenant prolonger.

Des résidents de la région accusent le projet de construction de 34 éoliennes de contaminer l'eau de leurs puits en sécrétant du sable, du limon et des fragments de schistes noirs.

Pour les deux entreprises, les vibrations causées par l'installation des pieux par battage pour les éoliennes ne sont pas suffisamment fortes pour endommager les puits de la région.

Le juge Kirk Munroe rendra sa décision lundi.

Windsor

Justice et faits divers