•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coude de Therrien a été reconstruit, il doit maintenant repartir à zéro

Jesen Therrien

Jesen Therrien

Photo : Getty Images / Hunter Martin

Martin Leclerc

BILLET - Le sport est parfois cruel. Le releveur montréalais Jesen Therrien a travaillé toute sa vie pour réaliser son rêve d'atteindre le baseball majeur. Dix-huit manches et un tiers plus tard, le revoilà au bas de l'échelle.

Après avoir effectué 36 lancers face aux Mets de New York le 4 septembre dernier, la recrue des Phillies de Philadelphie a commencé à ressentir de la douleur au coude droit. Les médecins de l’équipe ont constaté que le ligament collatéral ulnaire avait lâché et qu’il fallait tout reconstruire.

Therrien en aura pour un an à s’en remettre.

Sur le même sujet : 

Originaire de Montréal-Nord, Jesen Therrien a subi une opération de type Tommy John il y a une dizaine de jours. Cette procédure a été nommée en l’honneur du premier lanceur à avoir subi avec succès une greffe visant à remplacer ce ligament.

Dès qu’un lanceur atteint une moyenne de 92 mph avec sa balle rapide, ses chances de subir une reconstruction du coude s’élèvent à plus de 27 %. Pour ceux dont la vitesse atteint 96 mph, les probabilités de passer sous le bistouri sont de 36,6 %, selon Fangraphs.

La rapide de Jesen Therrien se situait entre 93 et 97 mph.

« Jesen était souvent utilisé par les Phillies [il est monté sur la butte 15 fois en un peu plus d’un mois, NDLR] et il n’était pas habitué à un tel rythme. Sans compter le fait que lorsqu’on est une recrue, il y a toujours un plus d’adrénaline et on tente d’en donner un peu plus, analyse Éric Gagné.

« Lors de ses dernières sorties, je voyais que sa vélocité n’était plus la même. Il m’a ensuite téléphoné pour me dire qu’il croyait s’être blessé sérieusement. Je lui ai conseillé d’aller voir les médecins des Phillies sur-le-champ et de tout leur dire. »

Jesen TherrienAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jesen Therrien

Photo : Getty Images / Hunter Martin

Les conseils de Gagné

Selon l’ex-lauréat du trophée Cy-Young, Therrien était passablement découragé lorsqu’il a appris la nouvelle.

« Je lui ai expliqué que cette période de convalescence, si elle est bien gérée, pourrait s’avérer un véritable cadeau du ciel », dit Gagné.

Gagné a subi deux de ces greffes au cours de sa carrière, dont l’une lorsqu’il jouait dans les ligues mineures dans l’organisation des Dodgers de Los Angeles. Il était revenu encore plus fort par la suite.

Dans le vaste monde du sport, la reconstruction du coude est probablement la seule intervention chirurgicale majeure qui permet aux athlètes, souvent, de surpasser leurs performances précédentes.

Therrien serait en mesure de recommencer à lancer la balle au printemps. Et si sa période de rééducation se déroulait normalement, il pourrait recommencer à disputer des matchs, dans les ligues mineures, vers la fin de la saison 2018.

Jesen est une bête de travail à l’entraînement et il sera sans doute tenté d’aller trop vite. Pour l’aider durant sa convalescence, je l’ai invité à venir s’installer chez moi en Arizona. Il sera ici à la mi-octobre. Je vais m’entraîner avec lui et je vais l’encourager.

L'ancien lanceur des ligues majeures Éric Gagné

« Pour l’aider à progresser, nous en profiterons aussi pour regarder des heures et des heures de séquences de jeu. Jesen a énormément amélioré la mécanique de son élan au cours des dernières années. Mais une fois arrivé dans les majeures, le match évolue plus rapidement, les frappeurs s’ajustent et il faut être en mesure de gérer cela, explique Éric Gagné.

« Nous décortiquerons chacune de ses sorties pour l’aider, par exemple, à développer différentes stratégies dans le feu de l’action. »

Therrien entreprend donc une période cruciale de sa carrière. Mais il doit le faire en se rappelant qu’environ un tiers des lanceurs du baseball majeur arborent la même cicatrice que lui.

Baseball

Sports