•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Une carte soleil sans photo?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le Téléjournal/Midi, 25 septembre 2009

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il y a 25 ans, la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) imposait tout un changement à la carte d'assurance maladie. À l'avenir, la photo et la signature du titulaire devront figurer sur la carte. L'objectif : limiter la contrefaçon.

« Fini le renouvellement automatique par la poste », c’est ainsi que le présentateur Bernard Derome introduit ce reportage du 6 octobre 1992 au Téléjournal.

Le journaliste Denis Guénette explique les modalités de cette nouvelle carte « personnalisée », protégée par un « hologramme de surface ». Dorénavant, tous les 4 ans, il faudra se réinscrire au régime d’assurance maladie. L’usager devra aussi fournir une photographie couleur, à ses frais, ainsi qu’une signature, s’il est âgé de plus de 14 ans.

Ces améliorations à la carte soleil visent à limiter la contrefaçon. Si elles peuvent paraître banales en apparence, elles entraînent toute une nouvelle logistique pour la RAMQ et pour les usagers. Les étapes sont désormais nombreuses afin de se procurer sa carte, qui était auparavant renouvelée automatiquement.

En 1995, le renouvellement du permis de conduire et de la carte d’assurance maladie est simplifié. Les deux organismes gouvernementaux se coordonnent afin que les mêmes photo et signature figurent sur les deux cartes. En 2005, on agrandit la photo de 40 % pour faciliter l’identification de son titulaire. Finalement, la plus récente amélioration sur la carte soleil remonte à 2010, avec l'ajout d'un code à barres.

Encore plus de nos archives 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.