•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société du chemin de fer de la Gaspésie est pressée de se développer

Un convoi ferroviaire en Gaspésie

Un convoi ferroviaire en Gaspésie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au bord de la faillite, il y a quelques années, la Société du chemin de fer de la Gaspésie est aujourd'hui rentable avec un budget annuel de 3 millions de dollars par année. La Société souhaite maintenant augmenter son volume d'affaires.

Les possibilités sont alléchantes, surtout avec ses principaux clients, l'industrie éolienne, la cimenterie de Port-Daniel et la scierie Temrex.

« Le chemin de fer de la Gaspésie, ça vivotait depuis 2005 quand l'usine Smurfit Stone a fermé », rappelle le directeur général de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Luc Lévesque.

Avec Port-Daniel et LM Wind Power, ça fait presque 20 ans qu’il n’y a pas eu des opportunités semblables.

Luc Lévesque, directeur général de la Société du chemin de fer de la Gaspésie

Lors de l'inauguration officielle de Ciment McInnis, lundi, le premier ministre Philippe Couillard et le président-directeur général de Ciment McInnis, Hervé Mallet, ont répété que le rail gaspésien est au coeur du développement des affaires de ces entreprises.

Installations de la Société du chemin de fer de la Gaspésie

Installations de la Société du chemin de fer de la Gaspésie

Photo : Radio-Canada

Comme on le sait, le développement économique que la Gaspésie a besoin d’un rail en bon état. À tire d'exemple, la Société du chemin de fer a obtenu un contrat pour transporter 24 000 tonnes de ciment vers l'Ontario. Un silo de transbordement a dû être installé à New Richmond puisque le train ne peut se rendre jusqu'à Port-Daniel pour l'instant.

Mais sa capacité annuelle est limitée à 100 000 tonnes alors que Ciment McInnis souhaite doubler ce volume sur les rails.

200 000 tonnes par chemin de fer représentent 10 % de la production annuelle de la cimenterie, dont 60 % est expédié vers le marché américain et 40 % vers le marché canadien.

« L'idée d'installer un centre de transbordement avec un silo de transfert pour nous, c'était vraiment pour démarrer le trafic avec McInnis », indique Luc Lévesque.

Wagon de chemin de fer en Gaspésie

Locomotive appartenant à la Société de chemin de fer de la Gaspésie

Photo : Radio-Canada

Selon la porte-parole de la Cimenterie, Maryse Tremblay, le chemin de fer apporte une flexibilité accrue à l’entreprise. « Il est complémentaire à la distribution maritime, souligne-t-elle. Il est donc important et on peut l’utiliser pour arriver dans des zones qui sont moins accessibles. »

Cependant, pour atteindre la cimenterie, il faudra construire un nouveau pont à Port-Daniel au coût d'environ 10 millions de dollars. Ce projet serait une priorité du comité de suivi chargé d'investir les 100 millions de dollars annoncés par Québec pour la réfection du rail gaspésien dont il est le propriétaire.

Les dirigeants de la Société du chemin de fer de la Gaspésie ont espoir d'arriver à Gaspé d'ici trois ans.

C'est clair, c'est net, les orientations sont là, l'argent est là et les clients sont là. Toutes les étoiles, les astres sont alignés. On ne peut pas rêver mieux.

Éric Dubé, président de la Société de chemin de fer de la Gaspésie
Wagon

Wagon

Photo : Radio-Canada

Achat de 24 wagons

Par ailleurs, la Société du chemin de fer a acheté 24 wagons pour le transport de copeaux provenant de l'usine Temrex de Nouvelle. L'investissement s'élève à un demi-million de dollars.

Auparavant, le gestionnaire du rail gaspésien louait des wagons au CN, mais au cours des dernières années, le tarif imposé par le CN a explosé. Éric Dubé précise que ces nouveaux wagons permettront de conserver Temrex comme client.

[On a voulu] rester compétitifs avec le camionnage et s’assurer de garder ce trafic-là à long terme.

Éric Dubé, président de la Société du chemin de fer

Contrairement à ce qui avait été évoqué au départ, il ne s'agit pas de wagons neufs construits au Québec. Ils ont été achetés dans l'Ouest américain.

D’après le reportage Pierre Cotton et avec la collaboration de Michel-Félix Tremblay

Est du Québec

Transports