•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilinguisme chez les pompiers de Moncton : la Cour du Banc de la Reine tranchera

Des pompiers dans la rue

Les pompiers de Moncton font appel à la Cour du Banc de la Reine pour trancher un litige sur le bilinguisme.

Photo : Gracieuseté de Ron Ward

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un long litige sur le bilinguisme entre la Ville de Moncton et ses pompiers se transporte en Cour du Banc de la Reine jeudi.

L’Association des pompiers de Moncton conteste les exigences de bilinguisme pour un poste d’agent de prévention des incendies. Le syndicat juge que l’ancienneté de ses membres doit l’emporter sur l’obligation d’être bilingue quand vient le temps d’accorder des promotions.

Le poste d’agent de prévention des incendies a été affiché il y a plus de quatre ans, en mars 2014. Le syndicat a alors déposé un grief. À son avis, l’exigence de bilinguisme contrevient à la convention collective et à l’avancement de ses membres.

Pour la Ville de Moncton, ses politiques et obligations constitutionnelles rendent l'exigence du bilinguisme obligatoire pour ce poste.

À deux reprises, en novembre 2015 et en mars 2017, un comité d’arbitrage a donné raison à la municipalité.

Le juge Stephen McNally a pris la cause en délibéré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...