•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore des questions sur la protection des travailleurs immigrés au Qatar

Le chantier du stade Al Bayt au Qatar

Le chantier du stade Al Bayt au Qatar

Photo : Getty Images / Lars Baron

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le comité d'organisation de la Coupe du monde de 2022, au Qatar, protège mal les travailleurs immigrés, selon l'organisme non gouvernemental Human rights watch (HRW).

L'ONG réclame du Qatar qu'il introduise d'urgence des lois destinées à protéger la vie des quelque 80 000 ouvriers immigrés.

« L'échec des autorités qataries à mettre en place la protection la plus basique contre les fortes chaleurs, leur décision d'ignorer les recommandations à enquêter sur les morts des travailleurs et leur refus de rendre publics les chiffres de ces morts constituent une abdication de responsabilité volontaire », a expliqué l'auteur du rapport.

Il a également poussé la FIFA, les fédérations nationales et les commanditaires de la Coupe du monde à réclamer plus de protection contre la chaleur et l'humidité.

L'ONG a également demandé à l'émirat d'enquêter sur la mort de certains de ces travailleurs immigrés et de rendre ses résultats publics.

Le Qatar a certes introduit une loi empêchant les gens de travailler à l'extérieur entre 11 h 30 et 15 h, du 15 juin au 31 août, lorsque les températures peuvent atteindre 50 degrés Celsius.

HRW estime ces mesures insuffisantes et rappelle que « limiter les températures de travail à des niveaux plus sûrs - et non établis par une horloge ou un calendrier - est dans les capacités du gouvernement qatari, et aidera à protéger des centaines de milliers d'ouvriers ».

Le comité d'organisation de la Coupe du monde de 2022 au Qatar a réagi aux propos de HRW.

Dans un communiqué, les organisateurs disent être engagés à protéger les ouvriers et à réfuter toute « abdication de responsabilité ». Ils ont dans leur réponse précisé que sur les 11 ouvriers morts sur des chantiers de la Coupe du monde, le décès de deux d'entre eux serait directement lié au travail.

« Le Qatar est engagé en faveur de son programme de réforme du travail, et examine toujours ses politiques pour assurer que les travailleurs migrants reçoivent la protection nécessaire sur les chantiers », a pour sa part affirmé dans un communiqué le directeur de communication du gouvernement, cheik Saif Al-Thani.

La FIFA a décidé de repousser la Coupe du monde de 2022 aux mois de novembre et décembre pour que la compétition se déroule dans des conditions climatiques plus favorables.

Les travailleurs du chantier du stade Al Bayt Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les travailleurs du chantier du stade Al Bayt

Photo : Getty Images / Lars Baron

Des recherches médicales montrent, selon HRW, que le stress thermique est un véritable risque pour ceux qui travaillent à l'extérieur. L'organisation, dont les bureaux sont à New York, a ainsi réclamé plus de flexibilité de la part des autorités qataries.

HRW a également demandé plus de transparence à Doha, car les derniers chiffres officiels datent de 2012. Selon l'organisation non gouvernementale, à cette époque, sur la mort de 520 ouvriers venus du Bangladesh, d'Inde et du Népal, il n'y avait ni explication ni enquête pour 385 d'entre eux, soit 74 %.

Toujours selon l'ONG, les organisateurs du Mondial ont rapporté 10 décès d'octobre 2015 à juillet 2017, et la totalité a été classée comme « non liée au travail ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !