•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants veulent encercler l'Assemblée nationale

Des manifestants sont réunis devant un autobus scolaire qui les transportera jusqu'à Québec.

Deux autobus transportant des manifestants sont partis de l’aréna Guertin, mercredi matin, tandis qu’un autre partait de Maniwaki.

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une centaine de membres et d’usagers d'organismes communautaires de l'Outaouais se rendent à Québec, mercredi, pour demander au gouvernement de prendre des engagements clairs pour le financement de ces groupes.

Deux autobus transportant des manifestants sont partis de l’aréna Guertin à Gatineau mercredi matin, tandis qu’un autre est parti de Maniwaki. Tous deux doivent arriver à Québec peu avant 13 h.

Les manifestants rejoindront quelque 4000 autres citoyens qui souhaitent former une chaîne humaine pour encercler l'Assemblée nationale à Québec, dans le cadre de la campagne Engagez-vous pour le communautaire.

Selon la Table régionale des organismes autonomes de l'Outaouais (TROCAO), les organismes ont besoin de 475 millions de plus par année pour rattraper l'augmentation du coût de la vie des 15 dernières années.

Depuis 2015, bon nombre d’organisations ont vu leur clientèle augmenter de façon importante, certains jusqu’à 40 %, souligne le TROCAO, qui représente près de 90 organismes en Outaouais.

Malgré tout ça, il n’y a pas d’augmentation du financement des groupes. Moi, je trouve ça majeur.

Cindy Jalbert, directrice générale du TROCAO
Cindy Jalbert se trouve devant un autobus de Transcollines, qui transportera des gens à la manifestation.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cindy Jalbert, directrice générale du TROCAO, se rend à Québec mercredi pour prendre part à la manifestation.

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

Les manifestants dénoncent aussi la dégradation des services publics et des programmes sociaux, ce qui augmente les besoins de leur clientèle.

« Là, ce qu’on voit, c’est que ce sont [les organismes] de plus en plus des extensions, des bras des CISSS et des CIUSSS, justement pour pallier les besoins de la population […] mais ça les éloigne de leur mission du changement social », estime la coordonnatrice du Collectif régional de lutte à l'itinérance (CRIO), Janick Allyson.

Pour le directeur général du Centre d’intervention et de prévention en toxicomanie (CIPTO), Yves Séguin, l’incertitude budgétaire a aussi des conséquences sur la rétention du personnel et donc sur la clientèle.

Les gens qu’on soutient sont nerveux, sont anxieux, mais les employés, les intervenants aussi. Est-ce que je vais garder ma job et, si je n’ai pas de nouvelles, moi, je vais m’en chercher une autre. Et on perd l’expertise.

Yves Séguin, directeur général du CIPTO

Avec les informations de la journaliste Claudine Richard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !