•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet pour les laissés-pour-compte à Sainte-Anne-des-Monts

Sainte-Anne-des-Monts

Sainte-Anne-des-Monts

Photo : Radio-Canada.ca/Claude Côté

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un projet de coopérative de solidarité voit le jour en Haute-Gaspésie. Un groupe de citoyens et d'organismes communautaires souhaite acheter la maison des Sœurs Saint-Paul de Chartes, l'ancien hôpital de Sainte-Anne-des-Monts pour y réaliser ce projet.

Un texte de Léa Beauchesne

La coopérative serait composée d’organismes communautaires, mais des résidents pourraient aussi y habiter dans une coopérative d’habitation.

Marie-Michèle Allard a lancé ce projet en constatant qu’il y avait un réel besoin dans la communauté.

C’est vraiment un lieu inclusif qu’on veut, ouvert sur les besoins des laissés-pour-compte.

Une citation de : Marie-Michèle Allard, instigatrice

Elle s'est depuis entourée d'une équipe de bénévoles qui l'aident à mettre sur pieds le projet et ils voient grand. En plus des locaux et appartements, ils souhaitent créer des partenariats avec le milieu.

« Avec par exemple la coopérative de Cap-au-Renard, parce qu’on aimerait bien avoir un jardin communautaire. »

Ils aimeraient même y inclure un parc canin et souligne que les animaux seraient les bienvenus dans les appartements.

Plusieurs organismes utiliseraient également les locaux pour y tenir leurs activités. L’instigatrice du projet cite en exemple le Carrefour jeunesse-emploi. « Ils ont entre autres besoin d’ateliers pour la réinsertion sociale. Dans la maison Saint-Paul, il y a un atelier de menuiserie déjà tout prêt. »

Sainte-Anne-des-MontsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sainte-Anne-des-Monts

Photo : Radio-Canada.ca/Claude Côté

Le bâtiment compte 150 pièces et espaces. « On a de quoi à faire comme on dit! »

Les responsables en sont à réaliser une étude de faisabilité. « À partir de là, on va pouvoir évaluer combien ça coûte au mètre carré. Si tu payes plus haut que le marché, c’est pas intéressant. »

Marie-Michèle Allard explique que le but ne sera pas de générer un profit, mais de réinvestir dans le bâtiment et dans les services offerts.

Son équipe et elle aimeraient présenter une offre d’achat au mois de décembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !