•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection municipale à Terrebonne : les thèmes de la corruption et de la collusion s'imposent

L'Île-des-Moulins, dans le Vieux-Terrebonne.
L'Île-des-Moulins, dans le Vieux-Terrebonne. Photo: Radio-Canada / Francis Labbé
Radio-Canada

Cette année, c'est à Terrebonne que la lutte contre la corruption et la collusion s'impose comme un thème incontournable de la campagne électorale. Dans cette course, les partis tentent de se démarquer de l'ex-maire Jean-Marc Robitaille, qui fait l'objet d'une enquête de l'UPAC.

Un texte de Francis Labbé

Jusqu'à maintenant, la campagne électorale municipale à Terrebonne se déroule sous le signe de l’intégrité. L'ex-maire Jean-Marc Robitaille a démissionné en novembre 2016, pour des raisons de santé, après que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) eut perquisitionné son bureau de l'hôtel de ville et sa résidence. Aujourd’hui, tous les partis tentent de prendre leur distance de l'ancienne administration.

La garde rapprochée de l’ancien maire est soupçonnée d’avoir bénéficié d’un système frauduleux lié à l’attribution de contrats publics. L’intégrité est donc, sans surprise, le principal enjeu de cette campagne électorale jusqu’à maintenant.

« On propose la création, littéralement, d’un bureau de l’intégrité, de l’éthique et de la protection des actifs », affirme Marc-André Plante, chef de l’Alliance démocratique de Terrebonne, à l'instar de ce qui se fait à Laval, Longueuil et Saint-Jérôme, ajoute-t-il.

M. Plante affirme que son équipe et lui sont victimes d'intimidation depuis les dernières semaines. Il a demandé à la police de Terrebonne de faire enquête.

Marc-André Plante, chef de l'Alliance démocratique Terrebonne (ADT)Marc-André Plante, chef, Alliance Démocratique Terrebonne. Photo : Radio-Canada

De son côté, le maire intérimaire Stéphane Berthe, qui est maintenant chef du nouveau parti Générations Terrebonne, affirme avoir déjà commencé à faire maison nette.

Stéphane Berthe, chef du parti Générations Terrebonne et maire par intérim.Stéphane Berthe, chef du parti Générations Terrebonne et maire par intérim. Photo : Radio-Canada

« Depuis mon arrivée, j’ai mis 14 nouvelles mesures en place, dont la modification du code d’éthique des élus et des employés de la ville », affirme M. Berthe.

Pour le maire intérimaire, le développement économique de la ville demeure primordial, de même que la participation plus importante des citoyens à la vie municipale.

La seule femme en lice au poste de mairesse, Valérie Quevillon, du parti Nouvel Élan Terrebonne, se vante même de ne compter aucun conseiller municipal de l’ancienne garde, contrairement aux deux autres partis.

« Je suis une personne intègre et j’avais besoin d’être entourée de gens intègres, affirme-t-elle. Nous sommes le seul parti complètement neuf. »

Mme Quevillon souhaite aussi que les citoyens participent davantage aux grandes orientations de l'administration municipale.

Valérie Quevillon, chef du parti Nouvel Élan Terrebonne. Valérie Quevillon, chef du parti Nouvel Élan Terrebonne. Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

« Nous avons déjà commencé. Les gens sont invités à se joindre à nos comités, une fois par semaine, pour nous aider à perfectionner notre plateforme électorale », poursuit Mme Quevillon.

Un dernier candidat, Antoine Hanachian, chef du parti Action Terrebonne, promet de faire passer le nombre de conseillers municipaux de 16 à 10. « Laval compte plus de 410 000 citoyens et n'a que 21 conseillers. Nous sommes 110 000 à Terrebonne et nous en comptons 16. C'est trop. Il faut commencer par là si on veut redresser le tout. »

M. Hanachian est le seul à avoir brigué la mairie par le passé dans le cadre d'une élection. Il avait été défait en 2013 par l'ex-maire Jean-Marc Robitaille.

Antoine Hanachian, chef d'Action Terrebonne.Antoine Hanachian, chef, Action Terrebonne. Photo : Radio-Canada / Francis Labbé
Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

Politique municipale

Politique