•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Requête de recours collectif contre l’Alberta, le diocèse anglican d'Edmonton et un prêtre anglican

Gordon William Dominey dans les années 1980 et en 2016

Gordon William Dominey dans les années 1980 et en 2016

Photo : Police d'Edmonton

Radio-Canada

Un homme de la Colombie-Britannique dépose une requête pour autorisation d'une action collective contre la province de l'Alberta, le diocèse anglican d'Edmonton et le prêtre Gordon William Dominey dans une affaire présumée d'abus sexuel.

Dans la requête, le demandeur principal allègue que le prêtre a abusé sexuellement de lui à plusieurs reprises quand il était incarcéré dans l'établissement correctionnel provincial pour jeunes contrevenants Edmonton Youth Development Centre (EYDC) dans les années 1980.

Le plaignant avait 14 ans lorsqu'il a été incarcéré pour une période de quatre mois en 1985. Il allègue que, durant cette période, le prêtre l’aurait forcé à avoir plusieurs contacts sexuels et des rapports sexuels non consensuels.

La poursuite vise des dommages non spécifiés au nom du demandeur et d'autres victimes présumées, toutes âgées de 14 à 16 ans au moment de l'abus présumé, et qui ont été incarcérés à l'EYDC entre 1985 et 1989.

En 2016, Gordon William Dominey a été accusé de cinq chefs d'agression sexuelle et de cinq chefs d'indécence en lien avec ces actes présumés. Il fait maintenant face à plus de 30 chefs, après que d'autres présumées victimes se sont manifestées. Son procès criminel doit se tenir en janvier 2019.

Le plaignant accuse le diocèse anglican d’Edmonton et la province de l'Alberta d’être responsables des actions présumées de M. Dominey. Dans la requête, il allègue que le diocèse et la province n’ont pas supervisé le travail du prêtre et n’ont pas établi de politiques qui l’auraient empêché d’abuser présumément des enfants à sa charge.

Gordon William Dominey était prêtre dans le diocèse anglican d'Edmonton de 1980 à 1990. Il a été engagé par la province de l'Alberta pour travailler avec des enfants à l’établissement correctionnel de 1985 à 1989.

Selon les détails de la requête, le travail de M. Dominey à l'EYDC comportait la tenue de messes et de séances de prière, des services de mentorat et de soutien, et l'organisation d'activités comme des cours de natation pour enfants.

Je pense que ma vie aurait pu être très différente si ce genre de choses n'était pas arrivé.

Le plaignant

Le requérant allègue qu’il a commencé à avoir des problèmes de dépression, d'anxiété et de colère à la suite des abus présumés. Il allègue aussi avoir perdu confiance dans l'autorité et les institutions religieuses, avoir mal fonctionné à l'école et avoir eu des démêlés avec la justice.

Des changements récents apportés à la Loi sur les délais de prescription ont permis l’action en justice. Le changement supprime toute prescription au civil pour les poursuites pour agressions sexuelles, ainsi que les poursuites pour inconduites sexuelles et les autres agressions quand un mineur ou une personne à charge en sont présumément victimes.

La Cour du Banc de la Reine doit maintenant autoriser ou rejeter cette demande d'action collective. Aucune allégation n'a été prouvée en cour.

Alberta

Procès et poursuites