•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La direction de la CSPO accusée de vouloir censurer les commissaires

Les explications de Nathalie Tremblay
Radio-Canada

Plus de la moitié des commissaires de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) dénoncent la décision de la direction de censurer un des leurs.

Dans une lettre ouverte, neuf commissaires mentionnent qu'en tant qu'élus, ils ont le droit et le devoir de parler publiquement de questions qui touchent leur circonscription géographique ou la population qu'ils représentent. Ils rappellent leur « droit fondamental à la liberté d'expression ».

Une page blanche comportant le texte du communiqué.Neuf commissaires de la CSPO dénoncent la tentative de censure envers l'un des leurs. Photo : Courtoisie

Ils réagissaient ainsi à un communiqué de presse publié vendredi dernier par la CSPO, dans lequel celle-ci accusait le commissaire Réjean Desjardins d'avoir violé les règles du code de déontologie des commissaires, et à son devoir de réserve et de loyauté, en publiant lui-même un communiqué, à titre de commissaire, sur le refus de Québec d'améliorer les installations scolaires à La Pêche.

Dans le communiqué de la CSPO, la secrétaire générale et directrice du Service des communications, Caroline Sauvé, souligne que « les seuls porte-parole officiels de la CSPO sont la présidente et le directeur général, à moins que ces derniers ne délèguent ce rôle ». Le communiqué indique que la présidente de la CSPO, Johanne Légaré, a également discuté de la question avec M. Desjardins.

Les neuf commissaires qui se sont dissociés de la prise de position de la CSPO sont les suivants : Alain Gauthier, Serge Lafortune, Francine Lorange, Nathalie Villeneuve, Réjean Desjardins, Marcel Pépin, Danny Lepage, Gilles Chagnon et Christiane Gourde.

La photo montre les neuf commissairesNeuf commissaires de la CSPO s'opposent à une tentative de censure de la part de la Commission scolaire. Photo : Courtoisie CSPO

Deux autres commissaires se sont joints au groupe de protestataires depuis la parution de la lettre des neuf.

Pour l'un des commissaires outrés, Serge Lafortune, cette prise de position de la présidente, Johanne Légaré, est « inacceptable » et doit être dénoncée. Le code de déontologie « protège le droit à la liberté d'expression des commissaires », a-t-il indiqué à Marie-Lou St-Onge, de l'émission Sur le Vif.

M. Lafortune affirme que la CSPO doit se rétracter et présenter des excuses à Réjean Desjardins. Il croit également qu'une discussion sur le code de déontologie des commissaires s'impose, lors de la prochaine rencontre des commissaires, le 11 octobre.

S'il y a encore des gens qui croient qu'on peut utiliser le code de déontologie pour brimer la liberté d'expression des commissaires, je crois qu'ils doivent être rappelés à l'ordre.

Serge Lafortune, commissaire parent (secondaire), CSPO

En l'absence de la présidente, Johanne Légaré, la direction générale de la CSPO a refusé les demandes d'entrevue de Radio-Canada.

Québec refuse les demandes de la CSPO

La semaine dernière, le commissaire Desjardins s'est insurgé publiquement contre les refus répétés du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES) d'améliorer les installations scolaires à Sainte-Cécile-de-Masham.

C'est dans cette petite localité que se trouvent les deux seules écoles primaires françaises de La Pêche. Ces établissements ont été construits dans les années 60 et n'ont pas de gymnase.

Il y a deux ans, la CSPO a présenté une demande pour construire une nouvelle école primaire, mais Québec l'a rejetée. Le MEES a également refusé, cette année, une demande subséquente pour agrandir l'une des écoles de six classes et y annexer un gymnase.

Devant ce refus, qu'il juge incompréhensible, le commissaire Desjardins a publié un communiqué pour protester contre la situation et encourager les citoyens de sa circonscription à communiquer leur frustration à la députée de Gatineau et ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée.

Ottawa-Gatineau

Éducation