•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maladie hollandaise de l'orme: importante augmentation du nombre d'arbres malades

Radio-Canada

Plus de 8000 arbres à Winnipeg sont atteints de la maladie hollandaise de l'orme. Marqués d'un trait orange, ils sont condamnés à mort. C'est le plus grand nombre enregistré depuis les années 1990.

« Nous n’avons tout simplement pas assez de ressources pour faire face à ces chiffres élevés », affirme la responsable de la gestion des arbres de la Ville, Martha Barwinsky.

Selon elle, la Ville a atteint un point critique dans la gestion de la maladie hollandaise de l’orme. « Winnipeg doit absolument résoudre ce problème parce qu’elle compte sur son territoire environ 230 000 ormes, soit la plus grande population d'Amérique du Nord », ajoute-t-elle.

La direction de la foresterie de Winnipeg a alloué 4,28 millions de dollars pour lutter contre la maladie. Le budget annuel permet habituellement d’éliminer 3500 ormes. « Ce budget toutefois sera loin de suffire », indique Mme Barwinsky. Le comité permanent de la politique de la Ville a approuvé un financement supplémentaire. Avec cette somme d'argent, la Ville envisage d'abattre 6547 arbres cette année.

La saison d'abatage d'arbres prend fin le 30 septembre.

« Nous devons arrêter la propagation, rattraper ce retard et retirer les arbres rapidement », déclare Martha Barwinsky.

Monoculture à risque

Les zones les plus touchées par la maladie sont les parcs et les boulevards, où la Ville a planté sa monoculture d'ormes il y a des décennies.

Un moratoire a été placé sur la plantation d'ormes, ce qui a mené à une seconde monoculture, la plantation de frênes.

« Lorsqu'on plante beaucoup d'arbres d'une espèce dans une région, les arbres deviennent plus sensibles aux maladies. C'est la raison pour laquelle les quartiers comme le West End, Wolseley et River Heights sont parmi les quartiers où on dénote le plus grand nombre d'ormes infectés », rappelle la responsable de la gestion des arbres de Winnipeg.

Système d'identification anticipée

La Ville s'est associée à une équipe d'étudiants et de chercheurs cet été pour mettre au point une identification plus précise du cycle d’infection des ormes.

Depuis, l'équipe a réussi à réduire les taux d'infection. « Elle est parvenue à déterminer et à détruire les arbres avant que les coléoptères ne jaillissent en masse et n'infectent d’autres arbres », précise Mme Barwinsky.

En raison des restrictions de financement, il était presque impossible de reproduire cette méthode à grande échelle.

« Comme nous avons des milliers d'arbres, nous ne pouvons pas vraiment avoir un véritable programme d’élimination rapide, mais nous pourrions avoir une forme modifiée du programme où nous pourrions réduire la propagation de la maladie », conclut Martha Barwinsky.

Manitoba

Environnement