•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ultime hommage à l’écrivain québécois Réjean Ducharme

Une des seules photographies connues de l'écrivain Réjean Ducharme

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Des auteurs, comédiens et amis ont célébré l'œuvre de Réjean Ducharme, dimanche à Montréal, lors d'un dernier au revoir à l'écrivain mort le mois dernier à l'âge de 76 ans.

Des artistes sont montés sur la scène du Théâtre du Nouveau Monde pour lire des textes de l’homme. La comédienne Sophie Cadieux a notamment lu les lignes d'ouverture de son premier roman L’avalée des avalés.

La mort de Réjean Ducharme, le 21 août, en avait surpris plusieurs, car l’artiste reclus est toujours resté très discret sur sa vie personnelle et sur son état de santé. Il refusait toutes les demandes d’entrevue et ne voulait jamais être enregistré, photographié ou filmé.

Les proches de Réjean Ducharme souhaitaient une cérémonie intime, plutôt que les funérailles nationales que certains réclamaient lorsque son décès est survenu.

Le fait qu’il ait été si discret n’empêche pas qu’on avait le sentiment qu’il nous appartenait, même si on ne le connaissait pas.

Pierre Curzi, acteur et scénariste

Son premier roman, L’avalée des avalées, paru en 1966 et écrit alors que M. Ducharme n’avait que 24 ans, lui a valu une grande notoriété en France et au Québec, la presse criant au génie. Il a été en lice pour le prix Goncourt et a remporté le Prix du gouverneur général.

Son œuvre compte les romans Le nez qui voque (Gallimard, 1967) ou L’hiver de force (Gallimard, 1973), entre autres titres célèbres. Il a également écrit du théâtre et des chansons, notamment pour Robert Charlebois.

D'après le reportage de Louis-Philippe Ouimet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Romans

Arts