•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un opposant au projet de sentier communautaire se présente à la mairie de Chelsea

Tim Kehoe en entrevue à Radio-Canada

Tim Kehoe assure avoir possédé une propriété à Chelsea pendant de nombreuses années et il y réside de façon permanente depuis 2016.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À Chelsea, le débat sur le projet de sentier communautaire sur l'ancien chemin de fer s'invite dans la campagne électorale. L'un des principaux opposants, Tim Kehoe, a annoncé qu'il se présentait comme candidat à la mairie de Chelsea.

Conseiller municipal à Ottawa de 1988 à 1994, M. Kehoe se préoccupe maintenant du sort des résidents de cette municipalité de l'Outaouais.

Président de l'Association pour la préservation des communautés de Chelsea, il s'oppose au projet de sentier communautaire pour des motifs environnementaux.

Le candidat, âgé de 62 ans, dénonce ce qu'il qualifie comme un manque de transparence de la part des élus municipaux actuels dans ce dossier.

« C'est un processus qui exclut la communauté et qui exclut le public. Et à mon avis, ce n'est pas la bonne façon de guider Chelsea », a-t-il expliqué en entrevue à Radio-Canada.

La mairesse sortante, qui brigue un autre mandat, rejette ces critiques.

« On a eu des consultations pour des impacts sociaux de ce sentier. Aussi, toute l'information est mise sur notre site web municipal, toutes les décisions du conseil, tous les rapports, tous les appels d'offres. On va continuer d'avoir ces consultations avec les résidents », a indiqué la mairesse, Caryl Green.

Le projet en danger

Mme Green devant un chantier de démantèlement du chemin de ferAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mairesse sortante de Chelsea, Caryl Green, soutient que la majorité des citoyens appuient le projet de sentier communautaire sur l'ancien chemin de fer.

Photo : Radio-Canada

Depuis que la Ville de Chelsea a obtenu le feu vert de la cour pour démanteler les rails du chemin de fer désaffecté, long de 20 km, la moitié des infrastructures a été enlevée.

Mme Green craint toutefois que, si elle n'est pas élue, une nouvelle équipe municipale mette un terme au projet.

Cet actif municipal pourrait être vendu au privé.

Une citation de : Caryl Green, mairesse de Chelsea

Même son de cloche du côté du côté de Greg McGuire, qui se présente comme conseiller municipal aux prochaines élections.

« On est rendu au point où on devrait continuer. Je ne voudrais surtout pas qu'on se retrouve avec un projet mis au rancart avec quelqu'un qui serait élu et qui essaierait de faire d'autres choses avec cet atout-là », a commenté M. McGuire.

De son côté, M. Kehoe ne ferme pas définitivement la porte au projet. Il espère que les études environnementales seront publiées avant le jour des élections, afin que tous puissent prendre position en connaissance de cause.

« Toutes les personnes à Chelsea attendent les résultats de l'évaluation environnementale. Ça aura un impact direct sur les coûts », a-t-il dit.

M. Kehoe veut aussi assainir les finances municipales pour aider le portefeuille de contribuables. Il lancera officiellement sa campagne lundi soir.

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !