•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commémoration pour neuf draveurs morts en 1962

Détail de la couverture de « Menaud, maître-draveur » de Félix-Antoine Savard
Détail de la couverture de « Menaud, maître-draveur » de Félix-Antoine Savard Photo: Fides
Radio-Canada

Une nouvelle plaque commémorative a été inaugurée samedi près de la rivière Toulnustouc, à 90 kilomètres au nord de Baie-Comeau, en souvenir des neuf draveurs morts lors d'un glissement de terrain en 1962, la plaque déjà en place ayant été dérobée l'an dernier.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Le 23 mai 1962, après avoir dynamité la glace encore prise sur la rivière Toulnustouc, une vingtaine de draveurs sont emportés par un glissement de terrain. Le glissement, d'un kilomètre de large par un demi-kilomètre de profondeur, est si important que la rivière en reste bouchée quelques temps. De ces draveurs, neuf y laisseront leur vie.

La cérémonie fut « sobre », aux dires de Raymond Lavoie, fils d'Arcadius Lavoie, mort dans l'accident. Une quarantaine de personnes ont assisté au dévoilement de la plaque, selon Raymond Lavoie. De nombreux Innus, descendants d'un des deux Innus qui ont péri en 1963, ont aussi fait le déplacement.

Sur la plaque datant de 1963, on peut y lire le nom des neuf draveurs morts dans l'accident de ToulnustoucL'ancienne plaque commémorant l'accident de Toulnustouc a été vandalisée puis volée à plusieurs reprises Photo : Rodolphe Lavoie

Pour honorer leur mémoire, Produit Forestier Résolu a installé une plaque là où un monument avait été érigé précédemment en l'honneur des disparus. Ce monument, volé et vandalisé à quelques reprises, a disparu à nouveau l'an dernier.

N'oublions pas nos parents, n'oublions pas nos aïeux. Pour moi c'est une marque très importante.

Rodolphe Lavoie, fils d'Arcadius Lavoie, un des neuf draveurs morts dans l'accident de Toulnustouc

Rodolphe Lavoie se dit reconnaissant de la cérémonie organisée pour les descendants des défunts. Selon lui, les familles des disparus n'ont presque pas eu de relations entre elles après la tragédie de 1962.

Souvenirs

L'accident a laissé de douloureux souvenirs chez les familles des défunts. Souvent, les draveurs étaient le principal pourvoyeur de la famille. C'est le cas de la famille de Rodolphe Lavoie, qui avait 17 ans à l'époque.

Son plus jeune frère, Jacques, le huitième enfant de la famille, naissait trois semaines après l'accident.

Un de mes oncles m'avait donné une tape sur l'épaule en me disant : ''c'est toi l'homme de la maison maintenant''.

Rodolphe Lavoie, fils d'un des neuf draveurs mort dans l'accident de Toulnustouc

Le souvenir est d'autant plus poignant pour lui, puisqu'il n'a jamais pu célébrer les funérailles avec le corps de son défunt père. « Mon père, nous ne l'avons pas vu. Maman ne l'a pas voulu. Alors quand on est arrivé à l'église, c'était un cercueil, c'était tout », raconte-t-il, la voix étouffée par l'émotion.

Côte-Nord

Justice et faits divers