•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TNM : Lorraine Pintal, gardienne du temple depuis 25 ans

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Lorraine Pintal vient de fêter ses 25 ans à la tête du Théâtre du Nouveau Monde (TNM). À cette occasion, l'artiste s'est remémoré quelques souvenirs de ce quart de siècle culturel lors d'une entrevue avec Louis-Philippe Ouimet à ICI RDI.

À son arrivée, en 1992, la comédienne et metteure en scène ne pensait rester que trois ans dans cette institution du théâtre québécois, le temps de lui donner un nouveau souffle. Les plans initiaux ont dû être modifiés. « C’est passé en un clin d’œil », explique-t-elle, 25 ans plus tard.

Lorraine Pintal était dans les locaux de Radio-Canada, en train de réaliser la série Montréal P.Q., lorsqu’une autre grande personnalité du monde du théâtre montréalais, Guillermo de Andrea , lui a passé le coup de fil décisif. Avec son accord, il avait déposé en son nom sa candidature pour succéder à Olivier Reichenbach.

Lorraine Pintal

Photo : Radio-Canada/Robert Baron

De Jean Gascon à Jean-Louis Roux, aucun autre directeur artistique n’est resté aussi longtemps à la tête du TNM. L’envie semble néanmoins demeurer intacte chez l’intéressée, malgré les sacrifices qu’exige sa fonction.

Je ne crois pas que tu acceptes de diriger un théâtre en n’acceptant pas que tu vas mettre un peu de côté ta vie privée. […] La passion, la vraie passion, que j’ai connue toute jeune comme une révélation, ça a été pour le théâtre.

Lorraine Pintal

Interrogée sur les moments particuliers qu’elle garde en mémoire depuis son arrivée à la tête du TNM, Lorraine Pintal semble surtout attachée à des artistes. Ainsi, elle parle de sa collaboration avec Robert Lepage comme d’une « relation amoureuse ». La directrice artistique cite également Dominic Champagne, qui avait amené un « party rock and roll » sur scène avec sa version de Don Quichotte, en 1998.

L'affaire Cantat, une blessure

Pour ce qui est des mauvais souvenirs, l’affaire Bertrand Cantat arrive tout en haut de la liste. « Ça reste une blessure profonde », admet Lorraine Pintal. En 2011, sous pression, le TNM avait dû annuler la venue du chanteur, condamné quelques années plus tôt pour l'homicide involontaire de l'actrice Marie Trintignant, alors qu’il devait jouer dans le spectacle Des femmes de Wajdi Mouawad.

Alors que les 25 bougies ont été soufflées, Lorraine Pintal ne paraît pas pressée d’envisager de quitter « son » théâtre. Peut-être lorsque le projet d’agrandissement aura été mené à terme, vers 2020.

Arts de la scène

Arts