•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nunavut, entre deux mondes

Jamesie P. Itulu

Jamesie P. Itulu, de Pond Inlet, regarde les montagnes de l'île Bylot.

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Radio-Canada

Un pied devant l'autre, sur une ligne invisible, entre vie traditionnelle et vie occidentale, comme le disent les Inuits, les habitants du Nunavut avancent en dépit des multiples problèmes auxquels ils font face.

Un texte de Marie-Laure Josselin, de retour de l'expédition Canada C3

Mariann Koksiak tient fermement son sac en plastique en allant rejoindre les quelques rares touristes qui montent vers l’inukshuk surplombant Qikiqtarjuaq, petit village de 520 âmes situé juste au nord du cercle de l’Arctique.

Mariann Koksiak

Mariann Koksiak, mère monoparentale de Qikiqtarjuaq

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

La femme de 27 ans, portant Félix, 1 an, dans le dos, avec Gordon, 5 ans, qui la suit, espère vendre quelques créations qu’elle a confectionnées en perles. Des porte-clés, des boucles d’oreille et des inscriptions cousues en perle sur du tissu blanc. Foi, espoir, vie. Ce sont celles qui se vendent le plus, raconte-t-elle.

De nombreuses roches sont photographiées en avant-plan. Au centre de la photo, de petites habitations sont vues près d'une étendue d'eau. Des montagnes se trouvent en arrière-plan.

La communauté de Qikiqtarjuaq, au Nunavut

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Mariann, comme de nombreuses personnes ici, cherche du travail, mais il n’y en a pas. Pas de bateau pour pêcher, pas de mari, pas de petit copain non plus. Difficile de s’en sortir, confie la jeune femme. Encore heureux qu’elle ait sa famille qui l’aide. « C’est dur la vie, et dur à raconter aussi », précise-t-elle, avant de filer chez elle.

« Regarde, montre un habitant, la majorité de ces maisons appartiennent au gouvernement, car les gens n’ont pas les moyens. »

Des petites maisons d'un seul étage et des bobines de fil bordent une rue qui est faite de terre ou de sable et qui est déserte.

Une rue déserte de Qikiqtarjuaq, au Nunavut

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Au Nunavut, le taux de chômage est deux fois et demie supérieur au taux canadien. Huit maisons sur dix sont louées, et ce sont en majorité des logements sociaux. La liste d’attente est longue, et ce, pour des maisons souvent surpeuplées, dont le salon est utilisé comme chambre, et qui nécessitent des réparations.

Une maison

Une maison de Qikiqtarjuaq, au Nunavut

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Le reportage de Marie-Laure Josselin est diffusé le 24 septembre à l'émission Désautels le dimanche sur ICI Radio-Canada Première.

Le suicide, une « normalité »

Pénurie de logements, faibles revenus, taux de chômage élevé, difficultés pour se nourrir font partie des raisons qui expliquent le taux de suicide élevé au Nunavut.

De nombreuses croix blanches sont posées sur le bord d'une plage. De loin, derrière les croix, on peut voir à travers le brouillard une immense étendue d'eau, des montagnes et de la neige.

Le cimetière de Clyde River, au Nunavut

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Alors que le taux canadien est de 11 pour 100 000 personnes, au Nunavut, il est de 117 pour 100 000, c’est 10 fois plus. Chez les hommes de 15 à 29 ans, il grimpe à 40 fois plus que le taux national.

Pour David Lawson, le président d’Embrace Life, une association qui lutte contre le suicide, le suicide est devenu une « normalité », même s’il ne devrait pas être une option. L'homme de 34 ans attribue aussi ce haut taux au fait que les hommes inuits « ont tendance à cacher leurs émotions », car c’est perçu comme un signe de faiblesse.

La vie dans de petites communautés serait aussi un facteur. « Beaucoup de suicides arrivent après des séparations. Dans les petites villes comme Qikiqtarjuaq, les gens pensent que si ton petit ami ou ta petite amie te quitte, c’est la fin du monde », explique David Lawson.

Enfin, dernier facteur avancé : le fait d’être perdu entre deux cultures.

Certains n’ont pas grandi avec des connaissances inuites fortes à cause du changement de vie draconien dans les années 60-70. On fait un gros effort pour réconcilier les deux.

David Lawson

En juin, le Nunavut a lancé le plan d’action sur cinq ans Inuusivut Anninaqtuq pour prévenir le suicide. Parmi les actions retenues, passer par Facebook et trouver des moyens de prévention qui fonctionnent dans le Nord.

Des services en inuktitut

À Clyde River, on a vite compris que pour que ça marche, il faut que ça vienne de la base.

Deux femmes assez âgées assises à des bureaux.

Des conseillères pour les aînés, au centre communautaire Iliqsasivik,à Clyde River

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

« Notre conseil d’administration vient de la communauté, et 99,9 % de l’équipe est d’ici. On parle inuktitut », lance Jake Gearheard, directeur du centre communautaire Iliqsasivik.

Les gens étaient frustrés de ne pas avoir les services en santé mentale qu’ils souhaitaient. On leur envoyait des spécialistes qui ne parlaient pas inuktitut, ne connaissaient même pas la culture et l’histoire, parfois ne savaient même pas où ils étaient. Donc à Clyde River, au lieu de se plaindre, ils ont décidé de faire quelque chose.

Jake Gearheard

Un des atouts de ce centre : Tony Kalluk, 40 ans, le visage marqué par une vie difficile et des tatouages un peu partout. Tony est conseiller en « un peu en tout » : traumatisme, violence conjugale, mal-être de la jeunesse.

Tony Kalluk

Tony Kalluk, conseiller au centre communautaire Iliqsasivik de Clyde River

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Il a passé la moitié de sa vie en prison, qui était devenue sa maison. « C’est là où j’ai grandi, où je me sentais en sécurité, où j’avais à manger et j’étais quelqu’un. »

Alors, il comprend bien le désarroi de la jeunesse qui vient le voir, de plus en plus des filles. « Souvent, ils me disent : "Je ne suis pas aimé, tout le monde s’en fout". L’autre jour, une fille est venue complètement saoule. Elle n’avait que 17 ans. »

Ils me connaissent, ils ont vu que j’ai changé, alors ça rend les choses plus faciles. Si j’ai réussi, eux aussi le peuvent.

Tony Kalluk

« On est entre deux mondes »

À Pond Inlet, des jeunes jouent au basket pendant que des enfants s’amusent à harponner un narval imaginaire dans l’eau. Jamesie P. Itulu, 22 ans, enseignant substitut, reconnaît qu’il y a du changement, qu’il y a plus de perspectives d’avenir que lorsqu’il était enfant.

Un jeune homme qui porte une paire de lunettes de soleil sur la tête, déposée sur une casquette rouge bourgogne, et qui sourit à la caméra.

Jamesie P. Itulu, au Nunavut

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Ici, c’est moitié-moitié. C’était une vie plus traditionnelle avant, mais de nos jours, avec les opportunités grandissantes, beaucoup de gens sortent de la ville pour apprendre. Comme moi, je vais faire de l’ingénierie, mais je vais essayer de revenir pour travailler avec ce que j’aurai appris, sur des matériaux d’ici.

Jamesie P. Itulu
Deux femmes et deux enfants sur un véhicule

Des femmes se déplacent en véhicule sur une route de Pond Inlet, au Nunavut.

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

« On est entre deux mondes », lance Nathan Obed, le président d’Inuit Tapiriit Kanatami, organisation qui représente 60 000 Inuits. « Il y a beaucoup plus de possibilités, mais aussi beaucoup plus de défis dans ce monde compliqué, surtout avec toutes les attentes que l’on a avec les jeunes et la manière dont on est connectés aux autres. »

Si on n’a pas une base solide dans notre langue et notre culture, si on ne sait pas comment vivre sur notre terre, comment entretenir nos relations avec les anciens, peu importe toutes les occasions qu’on peut avoir, on va toujours avoir besoin de cette base.

Nathan Obed

De plus en plus de projets sont mis en place pour permettre aux jeunes de se retrouver. Comme l’atelier de construction de qajak, le kayak traditionnel, à l’école secondaire Inuksuk d’Iqaluit.

Un jeune homme portant une casquette rouge sur laquelle des lunettes de soleil sont déposées et revêtant un coton ouaté rouge et noir avec un capuchon.

Matthew Cooper Flaherty

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Matthew Cooper Flaherty a commencé à construire le sien avec son père, puis il est venu le finir ici. « Je suis plutôt fier. Mon père aussi; il n’en avait jamais fait un avant. » Un retour qui intéresse seulement deux de ses amis, précise-t-il, sous les yeux de Robert Comeau, un des fondateurs de l’atelier, en train de poncer du bois.

Le jeune homme est en train de construire un kayak.

Robert Comeau, un des créateurs de l'atelier de construction de kayaks de l’école secondaire Inuksuk d’Iqaluit

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

C’est un moyen de s’impliquer avec sa culture. C’est un retour, mais aussi une continuation.

Robert Comeau

À 22 ans, Robert reconnaît que « beaucoup de jeunes n’ont pas eu les mêmes chances » que lui, alors il souhaite que cet atelier permette à d’autres jeunes de participer. « On est à un moment où les jeunes Inuits réalisent qu’on est capables. »

Ces deux mondes peuvent cohabiter, voire ne devenir qu’un, croit Nathan Obed.

C’est difficile, mais je suis optimiste. En continuant de plaider et de travailler sur les enjeux des jeunes Inuits et d’imaginer notre société de manière positive, on peut faire tout ce qui est nécessaire pour fabriquer une société qui a le meilleur des deux mondes. Le meilleur de la société et de la culture inuite et le meilleur des opportunités qui nous sont offertes en tant que Canadiens.

Nathan Obed
 

Société