•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Équipe Denis Coderre forcée de retirer des pancartes illégales

Affiche électorale illégale de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal près de la basilique Notre-Dame, dans l'arrondissement du Vieux-Montréal, où l'on voit des visiteurs et une affiche du spectacle Aura.

Affiche électorale illégale de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal près de la basilique Notre-Dame, dans l'arrondissement du Vieux-Montréal.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Élection Montréal a confirmé vendredi après-midi que des pancartes installées par l'Équipe Denis Coderre dans le Vieux-Montréal sont illégales, puisqu'elles se trouvent sur un site patrimonial.

Le Vieux-Montréal étant un arrondissement historique classé au Répertoire du patrimoine culturel du Québec (Nouvelle fenêtre), la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités interdit d’y afficher des publicités électorales.

L’infraction n’entraîne pas de sanctions, seulement l’obligation de retirer les pancartes.

Événement de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal à la place Vauquelin, près de l'hôtel de ville, où l'on voit le maire sortant, des membres de son équipe et des journalistes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Événement de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal à la place Vauquelin, où des pancartes avaient été installées en contravention de la loi électorale.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

La chef de Projet Montréal et adversaire de Denis Coderre dans la course à la mairie, Valérie Plante, n’avait pas manqué de remarquer cette irrégularité en matinée, alors qu’elle tenait un point de presse à la place Vauquelin, tout près de l’hôtel de ville, à quelques mètres de celui convoqué par le maire sortant.

« Si, en partant, on ne connaît même pas les bases de l'affichage électoral, ça donne le ton », a-t-elle déploré.

« Nous, on a choisi des endroits qui sont légaux », a ajouté Mme Plante en parlant de ses propres pancartes.

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !