•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Policiers bilingues : Michel Vézina démissionne du conseil municipal de Gravelbourg

Le Fransaskois Michel Vézina

Le Fransaskois Michel Vézina

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseiller Michel Vézina dit être encore nerveux au lendemain d'une rencontre du conseil municipal de Gravelbourg, en Saskatchewan durant laquelle il a donné sa démission. Il est en désaccord avec une décision des élus concernant le nombre de policiers bilingues en poste dans la communauté.

Un texte d’Audrey Paris

Selon Michel Vézina, le détachement de Gravelbourg de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) emploie normalement quatre policiers bilingues ainsi qu’un policier anglophone. Les critères sont établis par la GRC qui considère Gravelbourg comme étant une zone bilingue.

M. Vézina dit que la GRC a rencontré le conseil municipal la semaine dernière pour lui présenter la situation entourant le recrutement au détachement de Gravelbourg. C’est à ce moment que M. Vézina a appris que, parmi les quatre postes de policiers bilingues, deux deviendraient des postes pour lesquels le français n’est pas obligatoire à l’embauche, mais qui demande un engagement à apprendre le français de la part du policier sélectionné. Les deux autres postes resteraient des postes bilingues.

Moi, je n’étais pas chaud à cette idée, dès le départ, lors de cette rencontre [celle d’il y a une semaine]. Mais, hier soir, le conseil municipal a décidé d’envoyer une lettre à la GRC pour la remercier d’être venue. Et dans la lettre, on ajoute que les deux autres postes bilingues sont rétrogradés à la priorité deux [la catégorie qui n’exige pas la maîtrise du français avant deux ans].

Michel Vézina

M. Vézina souligne qu’il y a eu un vote concernant l’envoi de la lettre et qu’il a été le seul conseiller à voter contre. Il précise qu’il n’est pas d’accord avec la décision de la Ville qui, avec cette lettre, encourage la GRC à ne plus engager des policiers bilingues au détachement de Gravelbourg, selon lui.

Cette forme d’abandon du bilinguisme à Gravelbourg était une « situation impossible à soutenir », a-t-il admis. M. Vézina dit avoir conclu qu’il préfère se battre avec la communauté francophone plutôt qu’au sein de la Ville.

Il a remis sa démission au maire de Gravelbourg le soir même.

Radio-Canada a communiqué avec la GRC pour confirmer le changement de statut des postes de policiers du détachement de Gravelbourg.

L’autorité fédérale n’était pas en mesure de répondre vendredi. La GRC indique devoir faire des recherches et répondra aux demandes de Radio-Canada la semaine prochaine.

De son côté, le maire de la Ville de Gravelbourg n’a pas encore répondu aux deux appels de Radio-Canada afin de confirmer les informations du conseiller démissionnaire.

Des concessions, mais pas à n’importe quel prix

Michel Vézina est conscient de l’importance de la présence des policiers de la Gendarmerie Royale du Canada au détachement de Gravelbourg. Il indique que devant une impossibilité de recruter des policiers bilingues, il était prêt à concéder une chose, soit d’engager des policiers unilingues anglophones de façon temporaire dans le but de donner plus de temps pour trouver des policiers bilingues.

Cependant, il était clair, selon lui, que la lettre du conseil municipal à la GRC parlait de quelque chose de plus permanent. « Je comprenais qu’à court terme on allait remplacer les policiers bilingues par des priorités deux », a-t-il soutenu.

M. Vézina admet également que le conseil municipal n’a pas de pouvoir décisionnel pour ce qui est du recrutement des policiers du détachement de Gravelbourg. D’après lui, la lettre rédigée par le conseil, et pour laquelle il y a eu un vote hier, est principalement une forme d’appui de la Ville donné à la GRC.

Saskatchewan

Politique municipale