•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Semaine de la réconciliation : les chandails orange arrivent tôt à Victoria

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, entouré de membres de son Cabinet et de Phyllis Webstad, qui a proposé le port du chandail orange, lors de la prise d'un égoportrait sur les marches de l'assemblée législative à Victoria.

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, entouré de membres de son Cabinet et de Phyllis Webstad, qui a proposé le port du chandail orange, lors de la prise d'un égoportrait sur les marches de l'assemblée législative à Victoria.

Photo : Mike McArthur/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Phyllis Webstad avait 6 ans lorsque sa grand-mère lui a offert un chandail orange clair à porter lors de son premier jour de classe dans un pensionnat autochtone près de Williams Lake. Mais quand la petite écolière de la Première Nation de Stswecem'c Xgat'tem s'est présentée à l'école, on le lui a tout de suite enlevé. Le chandail orange est depuis ce temps devenu le symbole de la réconciliation.

Phyllis Webstad le porte fièrement aujourd'hui comme outil de sensibilisation en mémoire du douloureux épisode vécu par les Autochtones canadiens dans les pensionnats autochtones.

« [Porter le chandail orange permet de] reconnaître les survivants des pensionnats autochtones et leurs familles et d'ouvrir la porte à la discussion au sujet de tous les aspects de ces pensionnats », a expliqué Phyllis Webstad en entrevue à BC Almanac, sur les ondes de CBC Radio.

Mme Webstad a lancé sa campagne du chandail orange en 2013 et a depuis raconté son histoire à des milliers de Canadiens. On lui a rendu hommage jeudi sur les marches de l'assemblée législative à Victoria.

« Si on oublie notre passé, on risque de le répéter », a souligné le premier ministre, John Horgan, portant aussi son chandail orange. « Cette journée est d'une importance fondamentale. »

Chaque enfant compte

La Journée du chandail orange a lieu officiellement le 30 septembre, mais la couleur s'est répandue plus tôt à l'assemblée législative pour accompagner la Semaine de la réconciliation. Une semaine annuelle qui rend hommage aux survivants des pensionnats autochtones et rappelle le travail à faire pour atteindre les buts énoncés par la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Mme Webstad avoue que relater son histoire n'a pas été facile, mais que voir les enfants porter le chandail orange est un signe de progrès.

Des écoliers portant le chandail orange.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des écoliers portant le chandail orange

Photo : orangeshirtday.org

C'est important pour moi de voir les petits porter les chandails et apprendre la "vraie" histoire des Premières Nations.

Une citation de : Phyllis Webstad, survivante des pensionnats autochtones

« J'ai trois petits-fils et je ne peux m'empêcher de penser qu'ils vivent dans un monde si différent de celui dans lequel j'ai grandi. Une société qui en sait plus sur eux et dans laquelle ils en savent plus sur eux-mêmes aussi », dit-elle.

Marcher pour la réconciliation

Une grande marche pour la réconciliation aura lieu à Vancouver dimanche à 9 h 30.

Le parcours commencera à l'intersection des rues Cambie et Georgia, au centre-ville, et se conclura au parc Strathcona, où se tiendra une foire de la réconciliation de 10 h 30 à 15 h (heure du Pacifique).

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !