•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet d'éoliennes North Kent Wind : des résidents frustrés

Des pancartes installées sur des petits camions

Les résidents s'inquiètent de l'impact du projet sur la qualité de l'eau.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Radio-Canada

Un groupe de résidents de Chatham-Kent, dans le sud-ouest de l'Ontario, est sorti très en colère d'une rencontre publique au sujet de l'impact du projet d'éoliennes North Kent Wind sur la qualité de l'eau des puits.

Un texte de Colin Côté-Paulette

Près d'une centaine de personnes ont assisté jeudi soir à cette réunion organisée par Samsung et Pattern Development, les deux entreprises responsables du projet.

Un groupe d'experts était sur place pour répondre aux questions du public.

Eau trouble

Des résidents ont constaté, depuis le début des travaux, qu'il y a des sédiments dans l'eau de leurs puits.

Une dizaine d'entre eux soutiennent que l'eau contient parfois de toutes petites roches noires. Ils ne veulent plus la consommer.

Près de 100 personnes assistaient à la rencontre d'information.

Près de 100 personnes assistaient à la rencontre d'information.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Les gens qui assistaient à la réunion pensent que les responsables font peu de cas de leurs inquiétudes. Ils estiment qu'ils n'ont pas obtenu de réponses claires à leurs questions.

« On sait qu'ils cachent la vérité », croit un des membres du groupe Water Wells First, Marc St-Pierre.

À un certain moment, les participants ont élevé la voix et même hué le médecin-chef de la santé publique de Chatham-Kent.

Le Dr David Colby a expliqué que puisque les sédiments ne sont pas solubles dans l'eau, ils ne peuvent être absorbés par le corps et ne présentent aucun danger pour la santé.

Un résident lui a apporté une bouteille d'eau et l'a sommé de la boire.

« La magnitude des vibrations des travaux n'a pas de conséquence sur les puits », estime pour sa part Storer Boone, qui étudie l'impact des éoliennes sur le sol pour les compagnies impliquées dans le projet.

Devant les tribunaux

Aucune des 34 éoliennes n'est encore érigée. Des pieux sont toutefois enfoncés profondément dans la terre pour pouvoir les ancrer.

C'est cette opération qui perturberait le sol, selon les résidents.

À la fin août, certains ont commencé à empêcher les travailleurs d'accéder au chantier de construction d'une des éoliennes.

Quelques jours plus tard, North Kent Wind a demandé une injonction pour qu'ils cessent de barrer la route aux travailleurs.

Les travaux ont été interrompus temporairement. Le juge entendra la requête de North Kent Wind le 28 septembre.

Windsor

Énergies renouvelables