•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Montréal promet plus de grands logements pour accueillir les familles

La chef de Projet Montréal et candidate à la mairie, Valérie Plante, lors d'une conférence de presse en compagnie de la candidate de Projet Montréal dans le district de Villeray, Rosannie Filato, devant un édifice à Montréal.

Valérie Plante a parlé de sa stratégie des grands logements en compagnie de la candidate de Projet Montréal dans le district de Villeray, Rosannie Filato.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, promet que les familles auront accès à plus de grands logements si elle est élue mairesse de Montréal, ce qui les incitera à rester sur l'île.

La candidate a expliqué jeudi, en conférence de presse, qu’elle voudrait imposer un seuil minimal de 20 % de logements comportant au moins trois chambres dans tous les projets immobiliers de 40 unités ou plus.

Elle soutient que le statut de métropole nouvellement acquis par la Ville de Montréal, en vertu d’une loi adoptée par l’Assemblée nationale, permettra d’imposer de telles exigences. « Les promoteurs ne pourront pas se défiler, ils vont être obligés de suivre les règles », a-t-elle déclaré.

Pour les immeubles de huit logements, où un seuil de 20 % pourrait poser problème, Mme Plante propose la mise sur pied d’un fonds pour les familles, un peu à l’image du Fonds de contribution à la Stratégie d'inclusion de logements abordables, grâce auquel les promoteurs pourraient aider à financer la construction de grands logements ailleurs.

« On comprend très bien qu’un promoteur doit rentrer dans son argent, dit-elle. Ce n’est pas de mettre en faillite les promoteurs immobiliers, mais plutôt d’en arriver à un partenariat. »

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec 

La chef de Projet Montréal déplore en outre que le projet immobilier annoncé sur l’ancien site de l’Hôpital de Montréal pour enfants, près du métro Atwater, dans l’ouest du centre-ville, ne prévoit que 32 logements de trois chambres ou plus sur un total de 1200 unités d’habitation.

« C’est là qu’il y a un manque de volonté politique, une incompréhension de ce que c’est que d’élever une famille à Montréal dans deux chambres à coucher », résume-t-elle.

Valérie Plante croit que l’application de la politique qu’elle propose pour des projets comme ceux des secteurs de l’ancien hippodrome, de Lachine-Est, d’Assomption-Nord et de l’usine Molson/Maison de Radio-Canada pourrait, à terme, permettre d’offrir jusqu’à 4500 logements de plus comportant au moins trois chambres.

Grand Montréal

Politique municipale