•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travail sécuritaire NB augmentera les taux de cotisation des employeurs

Deux travailleurs sur le site du chantier du projet Capital Pointe à Regina, en Saskatchewan

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le processus d'établissement des taux de cotisation des employeurs de 2018 est en vigueur. Fondés sur les réclamations des derniers mois, les taux de cotisations pourraient augmenter de 30 % à 50 %.

Un texte d'Anaïs Brasier

Travail sécuritaire NB a annoncé les chiffres préliminaires des taux de cotisation des employeurs pour 2018. Trois scénarios sont possibles.

Dans le scénario optimiste, l’augmentation serait de 32 % par rapport au taux moyen de 1,48 $ de 2017. Dans le scénario modéré, elle serait de 40 % et dans le scénario prudent, de 51 %.

 

Ces calculs ont été établis par rapport aux tendances de réclamations de 2017, selon les informations disponibles à la fin de juillet 2017.

Ils ne sont pas encore définitifs. Travail sécuritaire NB attend la publication du rapport du groupe de travail chargé d’examiner le régime avant de prendre une décision.

2018, une année « extrêmement difficile pour les PME »

Selon Louis-Philippe Gauthier, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, les prévisions de Travail sécuritaire NB causeront des problèmes aux petites et moyennes entreprises du Nouveau-Brunswick.

Ces coûts devront être absorbés par la masse salariale.

[Pour] 95 % des membres de la FCEI qui ont répondu à notre sondage [...] ça va être très difficile ou difficile d’absorber ces coûts-là, et ça va avoir des conséquences.

Louis-PhilippeGauthier, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante

Ces conséquences peuvent varier : augmentations de salaire moindres, heures de travail réduites ou frais transférés aux consommateurs.

« 10 % des entreprises dans le sondage ont indiqué qu'elles vont même considérer fermer les portes à cause de ces augmentations », lance Louis-Philippe Gauthier.

En entrevue. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Louis-Philippe Gauthier, directeur des affaires provinciales à la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a quant à lui expliqué qu'il était très important pour le gouvernement de protéger les employés qui pourraient se blesser : « Il faut trouver l'équilibre. J'espère que le groupe de travail que nous avons créé va aider la communication entre les employeurs et les employés ».

Travail sécuritaire NB prévient que cette augmentation pourrait ne pas être suffisante si les tendances des réclamations se maintiennent.

Le gouvernement est déçu

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Croissance Gilles LePage est conscient que les taux croissants constituent un défi important pour les employeurs. Selon lui, il est important de trouver le juste équilibre entre les intérêts des employeurs et des employés.

Monsieur Lepage ajoute que le gouvernement a créé un groupe de travail pour identifier des solutions à court terme et établir un plan qui garantit que le système est transparent, responsable, prévisible et durable à long terme.

Gilles LePage, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Croissance démographique rappelle que le gouvernement a obtenu le soutien de la vérificatrice générale pour effectuer une vérification de la performance et de la performance de Travail sécuritaire NB.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Économie