•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Culture de la noisette : une mine d'or pour les agriculteurs ontariens

Des mains tiennent une poignée de noisettes.

L'industrie de la noisette prend une place grandissante dans le sud-ouest de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pham

Radio-Canada

La culture de la noisette prend de l'ampleur dans le sud-ouest de l'Ontario et semble destinée à un futur prometteur, notamment grâce à la proximité d'usine de Ferrero.

Un reportage de Nicolas Pham en collaboration avec Marine Lefèvre

La culture de la noisette a le potentiel de devenir une mine d’or, estiment certains agriculteurs. C'est le cas de Nathan Crocker, agriculteur à Maidstone dans le comté d’Essex.

Il a abandonné une carrière d’agent de sécurité pour se tourner vers l’agriculture. Après la courge et l’ail, il a choisi la noisette. « C’est une semence lucrative », explique-t-il.

Il y a 12 ans, il a commencé avec une cinquantaine de noisetiers. Aujourd’hui, il en possède 3000.

À quelques kilomètres de là, Scott Deslippe, trésorier de l’Association des producteurs de noisettes de l’Ontario, plantera 5000 noisetiers d'ici l'an prochain sur son exploitation de Amherstburg.

Un homme tient un plant de noisetier. Il est sur un terrain en friche.

Scott Deslippe, agriculteur et trésorier de l'Association des producteurs de noisettes de l'Ontario, croit à l'énorme potentiel de la noisette dans la région.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pham

Un tel engouement s'explique par le fait que la culture du noisetier promet d'être extrêmement rentable.

Adam Dale, professeur au département de l’agriculture des plantes de l’Université de Guelph, explique que la noisette est quatre fois plus rentable que le maïs.

La rentabilité d'une acre de noisetiers est compris entre 1500 à 2000 $ alors que celle d'une acre de maïs est de 500 $, précise-t-il.

Indigène en Europe et dans les zones tempérées de l'Asie occidentale, près des vastes étendues d’eau, comme les Grands Lacs, 2 essences indigènes en Ontario : noisetier d'Amérique et noisetier à long bec Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Quelques données sur la noisette

Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon

Des débouchés assurés

Le sud-ouest de l'Ontario n'a pas qu'un climat idéal pour la culture du noisetier. La région est aussi aux portes du marché mondial.

Le géant agroalimentaire Ferrero, qui fabrique notamment le Nutella, a une usine de production à Brantford depuis 2006.

Pour cette seule usine, la compagnie a besoin des fruits de 25 000 acres de noisetiers qu'elle importe actuellement de Turquie. La compagnie voudrait les acheter ici, mais avec seulement 400 acres, le secteur est encore trop petit.

Plan général d'une noiseraie. Un homme est baisser pour ramasser quelque chose par terre

Nathan Crocker possède 3000 noisetiers à Maidstone, dans le sud-ouest de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pham

Le ministère de l'Agriculture, l'Université de Guelph et Ferrero se sont d'ailleurs associés pour planifier les prochaines étapes du développement de cette industrie.

« La demande ne fait qu'augmenter, la noisette est peu cultivée en Amérique du Nord, il y a beaucoup de possibilités de croissance », souligne Adam Dale qui s'attend à ce que la région soit en mesure de cultiver près de 23 000 acres d'ici 2023.

Dans ces rêves les plus fous, il estime même que la culture de la noisette pourrait atteindre des millions d'acres. Il n'est pas le seul à en rêver.

« Notre objectif est de rallier d'autres agriculteurs et de planter le plus d'arbres possible. Ils commencent seulement à prendre conscience [de l'importance du marché] et plusieurs trouvent ça trop beau pour être vrai! », souligne Scott Deslippe.

Mais ceux qui se lanceront dans cette industrie devront s'armer de patience : il faut attendre près de 10 ans avant qu’un arbre fournisse une pleine récolte.

« C’est un gros engagement pour les agriculteurs, mais après les plants durent une centaine d’années », souligne M. Dale.

Windsor

Alimentation