•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Ottavien raconte ses moments d'angoisse à Mexico

Des secouristes tentent de retrouver des victimes coincées sous les décombres d'un immeuble, à Mexico.

Les secouristes tentent de retrouver des victimes coincées sous les décombres.

Photo : Reuters / Claudia Daut

Radio-Canada

Les émotions restent vives à Mexico au lendemain d'un important séisme de magnitude 7,1. Le professeur Patrice Corriveau de l'Université d'Ottawa, qui habite actuellement dans la capitale mexicaine, a rendu compte de l'ambiance qui y règne, mercredi matin, en entrevue à l'émission Les matins d'ici.

Bien qu'il ait été bien préparé à réagir correctement en cas de tremblement de terre, l'universitaire admet avoir vécu des moments d'angoisse à la suite du puissant séisme. « La pratique, c'est autre chose que la théorie », lance-t-il.

« Je dois avouer que de voir les gens paniquer, de voir des milliers de personnes dans la rue, ça donne un choc », explique le criminologue, qui a tout de suite pensé à sa famille, qui vit aussi sur place.

Hier soir, je suis rentré dans la maison. Il y avait un portier devant chez nous. Lui n'avait aucune nouvelle de sa famille et il était dans les quartiers les plus touchés.

Patrice Corriveau, Ottavien résidant à Mexico

Alors que des écoles sont fermées et que le bilan des morts s'alourdit d'heure en heure, l'ambiance reste lourde à Mexico, souligne-t-il. La vie n'est pas sur le point de reprendre son cours normal et les résidents doivent composer avec la peur des répliques sismiques.

On en a eu une vingtaine cette nuit. […] Les gens craignent vraiment qu'on ait une autre secousse qui va suivre celle d'hier.

Patrice Corriveau, Ottavien résidant à Mexico

M. Corriveau craint notamment pour les infrastructures, qui ont été fragilisées par le séisme.

Au moins 217 personnes ont péri dans le tremblement de terre. Les recherches se poursuivent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

International