•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oléoduc Énergie Est : Gallant a gain de cause auprès du gouvernement fédéral

Un pipeline

Le projet d'oléoduc Énergie Est doit acheminer du pétrole albertain vers des raffineries de l'est du pays.

Photo : TransCanada

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral est prêt à supporter les coûts des études sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) pour l'oléoduc Énergie Est, a déclaré le premier ministre Brian Gallant aux journalistes à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, mardi après-midi.

Brian Gallant, qui était l’invité d’honneur du déjeuner organisé par la Chambre de commerce de la région de Saint-Jean, a déclaré au public qu'il avait fait la demande de financement dans une lettre adressée au premier ministre Justin Trudeau.

« Nous avons obtenu une très bonne réception. Le gouvernement Trudeau serait prêt à assumer les coûts de l'analyse des émissions produites en aval et en amont du projet en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre », a déclaré le premier ministre.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Brian Gallant, croit que ce serait une bonne manière de démontrer que le gouvernement fédéral veut offrir une audience juste au projet.

Le mois dernier, l'Office national de l'énergie a annoncé qu'il examinerait l'impact potentiel lié au projet d'oléoduc Énergie Est sur les émissions de gaz à effet de serre, qui ne faisait pas partie du mandat initial pour l'examen du projet.

Début septembre, TransCanada a annoncé qu'elle avait temporairement suspendu sa demande pour Énergie Est, un oléoduc qui aurait comme point initial Hardisty, en Alberta, pour se rendre jusqu’à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Le chantier est évalué à 15,7 milliards.

L'oléoduc Énergie Est doit relier les sables bitumineux de l'Alberta au port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

L'oléoduc Énergie Est doit relier les sables bitumineux de l'Alberta au port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

L'entreprise TransCanada de Calgary qualifie les changements apportés au processus réglementaire de « significatifs » et prévient que le projet en entier, de même que le sous-projet Eastern Mainline, pourraient être annulés.

Brian Gallant est d’avis que la décision de TransCanada était une « mauvaise nouvelle » pour la province du Nouveau-Brunswick, mais il a déclaré que son gouvernement tenterait de redémarrer le processus.

Le premier ministre n’a pas l’intention de baisser les bras dans ce dossier : « Nous allons faire ce que nous pouvons et jouer le rôle que nous pouvons jouer » avant d’ajouter : « Nous allons donc faire tout notre possible pour clarifier ce processus et aider le promoteur à passer ce processus s'il choisit de le faire. »

Nouveau-Brunswick

Économie