•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jagmeet Singh contredit Martine Ouellet sur la « gauche religieuse »

Le candidat à la chefferie du NPD, Jagmeet Singh
Le candidat à la chefferie du NPD, Jagmeet Singh Photo: La Presse canadienne / Justin Tang
La Presse canadienne

Les propos de Martine Ouellet ne reflètent pas la réalité, selon Jagmeet Singh, candidat à la direction du Nouveau Parti démocratique (NPD), qui estime que les Québécois sont ouverts d'esprit.

La chef du Bloc québécois a dénoncé lundi ce qu'elle perçoit comme une montée de la gauche religieuse.

Elle attaquait ainsi la candidature de M. Singh, un sikh pratiquant, à la chefferie du NPD, qui suscite un malaise chez certains militants québécois.

« Je ne trouve pas que ça, c'est la réalité. J'ai confiance que les gens du Québec vont voir que je suis quelqu'un qui partage les mêmes valeurs qu'eux », a-t-il déclaré, précisant qu'il faisait référence à des valeurs progressistes et sociales-démocrates.

Jagmeet Singh maintient son opposition au projet de loi 62 présentement à l'étude à l'Assemblée nationale, qui encadre la prestation et la réception de services à visage découvert, ainsi que les accommodements. Il estime que ce projet de loi vise injustement les musulmans.

Pour les droits de la personne, on ne peut pas choisir les droits d'une communauté sur l'autre. On doit défendre tous les gens.

M. Singh a souligné que la défense des droits de la personne a toujours été difficile, mais qu'elle est juste.

« Il était difficile pour les femmes de lutter pour le droit de voter, il était difficile pour la communauté LGBTQ de lutter pour l'égalité », a-t-il expliqué en marge d'un événement militant à Ottawa.

Jagmeet Singh a répété qu'il ne tente pas de convaincre les gens d'accepter ses pratiques religieuses, mais se dit ouvert aux questions.

« Si quelqu'un veut le savoir, les sikhs pratiquent l'égalité, la lutte pour les droits de toutes les personnes, on a une culture de révolution pour donner le pouvoir au peuple au lieu des élites », a-t-il énuméré.

Le premier chef du NPD était un pasteur

Si Jagmeet Singh remporte la course à la direction, ce ne serait pas la première fois qu'un chef du parti affiche ouvertement ses convictions religieuses, a rappelé le député néo-démocrate, Brian Masse, qui a déjà donné son appui à Jagmeet Singh.

« Il y a toujours eu des liens historiques », a-t-il rappelé en soulignant que le fondateur du parti, Tommy Douglas, était un pasteur baptiste et que le député Bill Blaikie, qui a siégé pendant 11 ans, était un pasteur de l'Église unie du Canada.

« Ils ont milité pour la justice sociale, l'inclusion, et ils avaient une compréhension sincère du besoin de nous réunir pour le bon fonctionnement de la société », a-t-il ajouté.

Il fait remarquer que ce sont des valeurs prônées par bon nombre de religions et que le NPD n'est pas le seul parti où des élus affichent leur foi.

Roméo Saganash précise ses propos

Le député néo-démocrate, Roméo Saganash, a précisé sa pensée mardi à la sortie de la Chambre des communes.

Il avait dit la veille que son collègue Pierre Nantel « avait un bon point » lorsqu'il a affirmé samedi que les Québécois n'accepteraient pas un chef de parti qui porte un signe religieux ostentatoire.

M. Saganash dit comprendre la sensibilité des Québécois concernant la laïcité de l'État et le port de signes religieux. « Je suis député du Québec. Je le vois, je le sens, on m'en parle tout le temps », a-t-il expliqué mardi.

Mais le respect des droits garantis par la Charte canadienne des droits et libertés doit primer, selon M. Saganash. « On a des chartes. On les applique, ou on ne les applique pas », a-t-il déclaré.

Une question sur la montée de la gauche religieuse perçue par Martine Ouellet l'a fait sourire. « Je ne comprends pas son propos là-dessus », a-t-il dit à la sortie de la Chambre des communes.

Politique fédérale

Politique