•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Manon Rhéaume, une première femme dans la LNH

    Montréal ce soir, 25 septembre 1992
    Radio-Canada

    Il y a 25 ans, Manon Rhéaume écrivait une page d'histoire. La gardienne de but devenait la première femme à jouer pour une équipe de hockey professionnel. Retour en archives sur un parcours parsemé de premières.

    Le 23 septembre 1992, Manon Rhéaume garde le but du Lightning de Tampa Bay dans un match hors concours contre les Blues de Saint-Louis. C’est une première dans la Ligue nationale de hockey.

    L’histoire de Manon Rhéaume est aussi une histoire de battage médiatique. Ce segment du bulletin de nouvelles Montréal ce soir du 25 septembre 1992 en témoigne bien. 48 heures à peine après son exploit, Manon Rhéaume est de retour au Québec pour donner une conférence de presse. Dans la rue, on demande aux quidams ce qu’ils pensent de la performance de la première femme dans la LNH. L’animateur Simon Durivage s’entretient avec la principale intéressée, mais l’entrevue se limite à quelques curiosités. Manon Rhéaume confie avoir sa propre « chambre des joueurs » pour se changer et affirme avoir gagné le respect de ses coéquipiers dès la première partie disputée.

    Manon Rhéaume ne jouera qu’un seul match dans la LNH et on la verra bientôt davantage sur les panneaux publicitaires que sur la glace. N’empêche, âgée d’à peine 20 ans, elle sera parvenue à briser les conventions du sport professionnel nord-américain.

    Auparavant, elle avait aussi été la première femme à jouer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) et la première fille à prendre part à un tournoi pee-wee.

    C’est à cette occasion que, le 8 mars 1984, l’émission Au jour le jour présente un premier portrait de Manon Rhéaume. La jeune fille de 11 ans fait déjà parler d’elle alors qu’elle participe au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec. La journaliste Madeleine Gaudreault-Labrecque recueille les réactions de ses coéquipiers et fait le tour de son entourage. On découvre un père entraîneur de hockey et une mère bien fière, mais qui demeure nerveuse à l’idée que sa fille pratique un sport « physique ».

    En 1998, le hockey féminin devient une discipline officielle aux Jeux olympiques de Nagano. Manon Rhéaume garde les filets de la première équipe olympique canadienne. L’animateur Pierre Maisonneuve la reçoit à l’émission Maisonneuve à l’écoute du 8 février 1998. À quelques semaines du début des Olympiques, elle parle de la façon dont elle entrevoit sa participation à Nagano au sein d’une équipe féminine. Elle revient aussi sur son expérience dans la Ligue nationale, qu’elle compare aux autres organisations.

    Manon Rhéaume a pris sa retraite en 2000 et vit aujourd’hui au Michigan. Mère de famille, elle a joué le rôle d’entraîneuse au hockey pour son fils et d’autres jeunes. Elle se consacre désormais à la Fondation Manon Rhéaume, qui aide financièrement des jeunes filles dans la poursuite de leurs études.

    Une femme dans la LNH

    • Manon Rhéaume est née le 24 février 1972 à Lac-Beauport, dans la région de Québec.
    • À l’âge de 11 ans, Rhéaume est la première fille à participer au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec. À 19 ans, elle est également la première femme à évoluer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec les Draveurs de Trois-Rivières.
    • En 1992 et 1994, Rhéaume aide l’équipe nationale de hockey féminine à remporter les deux championnats du monde de hockey. Elle a d’ailleurs été nommée joueuse la plus utile lors de ces deux tournois.
    • En 1996, Manon Rhéaume réalise un autre exploit : elle devient la première gardienne à battre son homologue masculin alors qu’elle évolue avec les River Cats de Sacramento de la Ligue internationale de hockey à roulettes (RHI).
    • En 1998, le hockey féminin devient une discipline officielle aux Jeux  olympiques de Nagano, au Japon. Manon Rhéaume garde les filets de la première équipe olympique canadienne, qui remporte la médaille d’argent.
    Encore plus de nos archives 

    Archives

    Sports