•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Les grandes premières de Manon Rhéaume

Manon Rhéaume, en entrevue dans un vestiaire de hockey.

Manon Rhéaume a été la première femme à accéder à la LHJMQ, puis à la LNH.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 30 ans, Manon Rhéaume écrivait une page d'histoire en devenant la première Canadienne à jouer au hockey au niveau junior. Le parcours de la gardienne de but est parsemé de premières qui l'ont menée à la Ligue nationale de hockey (LNH), comme en témoignent nos archives.

« La Ligue de hockey junior majeur du Québec a maintenant une femme dans ses rangs. »

— Une citation de  L'animatrice Solveig Miller

Le 26 novembre 1991, à l’âge de 19 ans, Manon Rhéaume devient la première femme à jouer au hockey au sein de la LHJMQ.

Édition magazine, 3 janvier 1992

L’émission Édition magazine du 3 janvier 1992 s’intéresse au parcours de celle qui est appelée garder les filets des Draveurs de Trois-Rivières après que deux gardiens de but se sont blessés.

Dans les gradins, la présence de la jeune femme sur la patinoire crée beaucoup d'émoi. Mais pour Manon Rhéaume, qui évolue parmi les joueurs masculins depuis plusieurs années déjà, la situation est toute naturelle.

Je savais qu'en embarquant sur la glace, je serais jugée, avoue la gardienne de but à la journaliste Lakshmi Nguon au sujet de la pression qu’elle ressent. Quand tu es une fille parmi les gars, les gens vont regarder la fille. […] À chaque geste que tu fais, tu es jugée.

Au sein de son équipe de hockey, Manon Rhéaume est bien acceptée. On ne la voit plus comme femme; on la voit comme joueur de hockey, dit l’entraîneur Gaston Drapeau. Elle a passé toutes les étapes du camp d'entraînement et elle a été considérée au même titre que tous les autres, comme il le souligne.

En 1992, Manon Rhéaume ne vise pas nécessairement une carrière professionnelle. Entre autres objectifs, elle souhaite se démarquer afin de pouvoir représenter le Canada au championnat mondial de hockey féminin prévu le printemps suivant.

Au jour le jour, 8 mars 1984

Auparavant, Manon Rhéaume avait aussi été la première fille à prendre part à un tournoi de hockey pee-wee, comme en témoigne ce reportage du 8 mars 1984 à l’émission Au jour le jour.

« Une femme gardien de but : pourquoi pas? Et certainement! »

— Une citation de  L'animateur Normand Harvey

À l'occasion du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, la journaliste Madeleine Gaudreault-Labrecque brosse le portrait de la gardienne de but, une sportive disciplinée, audacieuse, que rien n'arrête.

On y découvre un père entraîneur de hockey et une mère bien fière, mais qui demeure nerveuse à l’idée que sa fille de 11 ans pratique un sport physique.

Elle peut garder les buts autant qu'un gars, affirme un de ses coéquipiers, qui a d’abord été surpris de voir une fille dans le vestiaire.

Elle "goale" très bien! confirme un autre jeune hockeyeur. Ça va donner un swing aux filles pour qu’elles s'invitent à jouer au hockey!

Néanmoins, Manon Rhéaume peut-elle envisager de jouer un jour pour la LNH?

Elle peut y penser, comme bien des jeunes peuvent y penser. Les espoirs sont très peu à ce niveau-là, mais il n'y a rien qui l’empêche d'y penser, dit le directeur régional de la Fédération de hockey mineur, Pierre Verville.

Manon Rhéaume dans la LNH

Le 23 septembre 1992, Manon Rhéaume garde le but du Lightning de Tampa Bay dans un match hors concours contre les Blues de Saint-Louis.

Montréal ce soir, 25 septembre 1992

Ce segment du bulletin de nouvelles Montréal ce soir du 25 septembre 1992 en témoigne bien.

À peine 48 heures après son exploit, Manon Rhéaume est de retour au Québec pour donner une conférence de presse. Dans la rue, on demande aux quidams ce qu’ils pensent de la performance de la première femme dans la LNH.

L’animateur Simon Durivage s’entretient avec la principale intéressée, mais l’entrevue se limite à quelques curiosités. Manon Rhéaume dit qu'elle a sa propre chambre des joueurs pour se changer et souligne qu'elle a gagné le respect de ses coéquipiers dès la première partie disputée.

« C'est sûr que, la première journée, les joueurs ont tendance à regarder ce que je fais, si je suis capable d'arrêter les rondelles, mais après ça, ils me considèrent comme un autre joueur. »

— Une citation de  Manon Rhéaume

Manon Rhéaume ne jouera qu’un seul match dans la LNH, et on la verra bientôt plus sur les panneaux publicitaires que sur la glace. Âgée d’à peine 20 ans, elle parvient néanmoins à briser les conventions du sport professionnel nord-américain.

Manon Rhéaume aux Olympiques

Maisonneuve à l’écoute, 8 février 1998

En 1998, le hockey féminin devient une discipline officielle aux Jeux olympiques de Nagano. Manon Rhéaume garde les filets de la première équipe olympique canadienne.

L’animateur Pierre Maisonneuve s’entretient avec elle pour l’émission Maisonneuve à l’écoute du 8 février 1998.

À quelques semaines du début des Olympiques, la gardienne de but parle de la façon dont elle entrevoit sa participation à Nagano au sein d’une équipe féminine.

Le hockey féminin, comme elle l'explique, est un jeu plus en finesse, sans contact, qui permet aux hockeyeuses de garder davantage la rondelle et de manier le bâton. Comme gardienne de but, Manon Rhéaume a d’ailleurs dû adapter son jeu et revenir à un style papillon.

Grâce à cette première présence aux Olympiques, il y aura de plus en plus d’intérêt pour le hockey féminin, selon Manon Rhéaume. Une jeune fille qui commence à jouer au hockey peut désormais avoir un but, un rêve à réaliser.

Manon Rhéaume, entraîneuse

Qu’est devenue Manon Rhéaume?

Téléjournal, 21 septembre 2007

Pour les besoins du Téléjournal du 21 septembre 2007, Caroline Girard et Denis-Martin Chabot la retracent au Michigan, où elle se consacre désormais à sa famille.

  • Retraitée du hockey depuis 2000, Manon Rhéaume entraîne maintenant de jeunes hockeyeuses et hockeyeurs, dont son fils de 8 ans, qui souhaite évoluer tout comme elle comme gardien de but.

En 2002, elle a d’ailleurs dirigé la toute première équipe entièrement féminine au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec.

Manon Rhéaume se surprend qu’aucune femme n’ait suivi ses pas dans la LNH, considérant qu’elles sont à présent plus nombreuses à jouer au hockey.

Je m'ennuie du hockey, je m'ennuie de la compétition, je m'ennuie d'avoir de la pression, avoue-t-elle à l’équipe du Téléjournal, illustrant que la passion du sport continue de l’habiter.

Encore plus de nos archives 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.