•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un vent de renouveau souffle sur le Centre francophone de Toronto

Un logo sur une enseigne sur un immeuble

Le Centre francophone de Toronto

Photo : Radio-Canada / Cedric Lizotte

Radio-Canada

Le Centre francophone de Toronto tenait son assemblée générale annuelle sous le thème du renouveau, lundi. L'organisme a un nouveau président. Jean-Luc Bernard était jusqu'alors vice-président du conseil d'administration.

Un texte de Cédric Lizotte

C’était, par le fait même, la dernière assemblée de la présidente sortante du C. A., Claire Francoeur. Il s’agissait de son troisième et dernier mandat au conseil d’administration.

Le Centre francophone a été secoué au cours des derniers mois par une vague de départs. La semaine dernière, le poste du directeur général adjoint Ali Liénaux a été éliminé en raison de la restructuration, selon Mme Francoeur.

Une nouvelle directrice a aussi été nommée à la fin d'août.

Ali Liénaux, directeur adjoint du Centre francophone de Toronto

Ali Liénaux, directeur adjoint du Centre francophone de Toronto

Photo : Radio-Canada

Appelée à commenter le climat de travail au Centre, la présidente sortante a expliqué en entrevue que le conseil d’administration s’occupait « de gouvernance, de respect des budgets, de respect des ententes avec les bailleurs de fonds » et pas de la gestion au quotidien dans le milieu de travail.

Le commissaire rassuré

Le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, a prononcé un discours en ouverture d’assemblée dans lequel il soulignait le renouveau du centre.

M. Boileau avait, en juin dernier, émis des inquiétudes sur la capacité « du Centre francophone de Toronto d’offrir des services en français ». Il a commencé son discours en atténuant ces inquiétudes.

« Nous avions l’intention d’ouvrir une enquête parce que je doutais de la capacité du Centre à offrir des services en français, a-t-il dit d’entrée de jeu. […] Le CFT est trop important. Le leadership doit rayonner à nouveau. Quand on est le plus gros et le plus solide, les autres se tournent vers nous. […] L’embauche de médecins m’a rassuré. Le CFT n’allait pas à la dérive et le cap était le bon. »

M. Boileau faisait référence à l’embauche en juillet de deux nouveaux médecins, pour remplacer les médecins qui avaient démissionné.

Une dame prend la pose pour la caméra

Florence Ngenzebuhoro

Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

La nouvelle directrice générale fébrile

La nouvelle directrice générale, Florence Ngenzebuhoro, était aussi sur place. Elle entrera en poste le 2 octobre.

En entrevue, Mme Ngenzebuhoro a décliné son plan stratégique.

Nos objectifs stratégiques sont : le développement du continuum de services; l’élargissement de la clientèle du centre francophone; que le Centre francophone soit un catalyseur de la communauté; et l’augmentation de la capacité organisationnelle. C’est ma feuille de route.

Florence Ngenzebuhoro, nouvelle directrice générale du Centre francophone de Toronto

En ce qui a trait aux défis auxquels fait face le Centre depuis quelque temps— entre autres le remplacement des médecins, le départ de la directrice Lise Marie Baudry, ainsi que la question des événements culturels organisés par le centre — , Mme Ngenzebuhoro a expliqué qu’elle était prête à les relever.

« J’ai une formation de travailleuse sociale, et j’ai un vécu personnel qui m’a préparée à relever des défis, je vais donc les prendre un à un, je vais travailler avec le personnel en place qui est hyper-capable, et ensemble on va résoudre les problèmes », dit-elle.

Toronto

Francophonie