•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anne-France Goldwater soutient la candidature de Valérie Plante à la mairie

L'avocate Anne-France Goldwater en compagnie de la chef du parti Projet Montréal, Valérie Plante.

L'avocate Anne-France Goldwater en compagnie de la chef du parti Projet Montréal, Valérie Plante.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'avocate Anne-France Goldwater se range publiquement aux côtés de la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, dans l'espoir d'empêcher la réélection, pour un second mandat, de Denis Coderre à la mairie de Montréal.

Lors d'une conférence de presse commune au palais de justice de Montréal, qui marquait le lancement de la campagne électorale de Projet Montréal, Me Goldwater a estimé avoir donné amplement de chances au maire Denis Coderre de faire preuve de leadership et d'une bonne gestion des fonds publics.

Elle considère qu'il est temps, maintenant, de s'opposer publiquement à lui.

Quand vous allez recevoir vos comptes de taxes, ne pleurez pas, ne revendiquez pas vos droits. Il sera trop tard. C’est le temps maintenant to throw the bum out. Et ça n’a pas de traduction polie en français.

Me Anne-France Goldwater

« Honte à vous! » a lancé l’avocate à l’endroit de Denis Coderre, à qui elle reproche, entre autres, d’avoir dépensé un milliard de dollars pour les festivités du 375e anniversaire de la ville.

« Est-ce qu'il y a ici quelqu'un d'assez millionnaire ou milliardaire pour se ficher de tout cet argent gaspillé? », a demandé l'avocate aux journalistes.

Je tiens à attirer votre attention sur cette jeune femme et son ambition de faire de cette ville une ville dont on pourrait être fier et non pas une ville qui est un peu comme la Corée du Nord, pleine de fausses promesses, pleine de gaspillage de fonds publics pour rien en bout de ligne.

Me Anne-France Goldwater

Me Anne-France Goldwater s'est récemment illustrée pour avoir pris en charge le dossier des propriétaires de chiens de type pitbull qui contestent le règlement municipal les obligeant à se débarrasser de leur animal s’ils ne remplissent pas toutes les conditions administratives exigées par la Ville.

Elle a notamment eu gain de cause la semaine dernière en obtenant un sursis en Cour supérieure du Québec dans ce dossier pour ces propriétaires.

« Il est temps pour nous d'élire notre première mairesse! », a lancé Me Goldwater.

De son côté, la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, s’est dite très heureuse de pouvoir compter sur l’appui de Me Goldwater, dont elle apprécie le franc-parler et les combats menés, notamment ceux en faveur des mariages gais.

Une grande avocate, une amoureuse de Montréal, mais également une femme de cœur, une femme intègre et une femme passionnée. [...] C'est une combattante.

Valérie Plante, chef de Projet Montréal
 

Du « délire », selon Coderre

Denis Coderre n'a pas tardé à répliquer aux propos de Mme Goldwater, lors d'une conférence de presse où il présentait les candidats de son parti dans l'arrondissement de LaSalle.

Le blame game et les gros mots et les comparaisons à d’autres pays du monde, un moment donné, ça fera. Nous, on a décidé d’être proactifs, on ne tombera pas dans ce délire-là.

Denis Coderre

« Je ne fais pas de publicité pour des gens qui décident de se lâcher lousse et de sortir des propos hors normes », a ajouté M. Coderre, défendant son bilan à titre de maire et promettant que ses candidats allaient travailler pour mériter la confiance des Montréalais.

Au sujet des coûts liés au 375e anniversaire de Montréal, Denis Coderre a rappelé que l'estimation de 1 milliard de dollars provenait d'une vérification faite par Radio-Canada, qui a recensé 42 projets considérés comme des legs ou dont l'approbation a été justifiée par les célébrations. Ces projets comptent pour 87 % de la somme, tandis que la Société du 375e bénéficie d’un budget de 125 millions de dollars consenti par la Ville de Montréal, les gouvernements du Québec et du Canada ainsi que 12 partenaires privés.

« Quand on investit dans l’infrastructure, c’est aussi un gage économique important, a souligné M. Coderre. On a eu plus de 11 millions de touristes cette année. Ce n’est pas une dépense, ce n’est pas du gaspillage, c’est de vraiment assurer qu’on améliore la qualité de vie des gens. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !