•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 20 ans s'éteignait l’animateur Roger Baulu

    Téléjournal, 3 octobre 1984

    Radio-Canada

    Le 17 septembre 1997, Roger Baulu, « le prince des annonceurs », décède à l'âge de 87 ans. Cette figure marquante de la radio et de la télévision au Québec a animé des émissions qui ont connu un immense succès sur les ondes de Radio-Canada. Revoyez un extrait de La Poule aux œufs d'or et Les Couche-Tard dans les années 1960.

    Roger Baulu, comment vous dire, c’était l’élégance même, c’était la délicatesse même, c’était, comme on dit, un vrai gentleman, non seulement pour son public, mais aussi pour les gens avec qui il travaillait.

    L'animateur Bernard Derome

     C’est ainsi que Bernard Derome annonce avec émotion la disparition d’un collègue au Téléjournal du 17 septembre 1997. La journaliste Francine Bastien présente ensuite un reportage sur le parcours du populaire animateur et meneur de jeu.

    La Poule aux œufs d’or, 14 août 1962

    Roger Baulu commence sa carrière à la radio de CFCF puis à CKAC, où il anime les premiers quiz radiophoniques montréalais. En 1940, il devient premier annonceur à la radio de Radio-Canada. À partir de 1958, il coanime le jeu télévisé La Poule aux œufs d'or avec Henri Bergeron. Dans cet extrait du 14 août 1962, Roger Baulu s'exprime avec l’aisance et la répartie qu’on lui connaissait. Accompagné des « belles hôtesses », il accueille les participants sur le plateau avec beaucoup d’humour.

    Pendant 10 ans, il donne la réplique à Jacques Normand dans le talk-show Les couche-tard, une émission de divertissement qui s’inspire de l’actualité. De 1961 à 1970, de grands noms défilent sur le plateau. Cet extrait du 23 février 1963 témoigne de la complicité entre les deux hommes qui animent devant un public, en direct du Château Frontenac.

    Les couche-tard, 23 février 1963

    Les cotes d’écoute de cette émission de fin de soirée étaient impressionnantes. « C’était peut-être parce que le prince des annonceurs sut ne jamais se prendre trop au sérieux », comme le dit la journaliste Francine Bastien.

    Le travail de Roger Baulu lui a valu les récompenses du gouvernement du Canada et du Québec. En 1977, il est nommé officier de l'Ordre du Canada et, en 1993, officier de l'Ordre national du Québec.

    Encore plus de nos archives 

    Archives

    Arts