•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Augmentation du prix pour jouer au hockey : des jeunes pénalisés?

Patinoire à l'aréna de Saint-Boniface

Patinoire à l'aréna de Saint-Boniface

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs jeunes joueurs de l'Association du hockey mineur de Saint-Boniface, en Mauricie, joueront dans des catégories moins avancées cette année. Leurs parents refusent de payer l'augmentation de prix imposée par Shawinigan pour leur permettre d'accéder à ces équipes.

Un texte de Claudie Simard

Il n’y a pas assez de joueurs à Saint-Boniface pour former des équipes de niveau avancé, les catégories double lettre.

Depuis plusieurs années, les jeunes qui souhaitent faire partie de ces équipes s’inscrivent à Shawinigan.

Cependant, beaucoup de parents ont refusé cette option cette année, en raison du prix de l’inscription qui est passé de 400 $ à 800 $; une conséquence des nouveaux tarifs supralocaux annoncés par Shawinigan.

On se sert des jeunes comme otages.

Une citation de : Claude Caron, maire de Saint-Boniface
Claude Caron, maire de Saint-BonifaceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Claude Caron, maire de Saint-Boniface

Photo : Radio-Canada

L'Association du hockey mineur de Saint-Boniface doit bien malgré elle composer avec ce débat épineux entre Shawinigan et les municipalités voisines.

Le président de l'Association, Daniel Tremblay, affirme qu’il peut « comprendre qu'on exige des frais pour les non-résidents ». Par contre, dit-il, « la seule partie où nous, ça nous affecte, c'est pour le hockey d'élite. Pour le double lettre ».

Daniel Tremblay, directeur de l'Association du hockey mineur de Saint-BonifaceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Daniel Tremblay, directeur de l'Association du hockey mineur à Saint-Boniface.

Photo : Radio-Canada

Il estime qu’une dizaine d'enfants membres de son association ne pourront pas jouer dans la catégorie où ils devraient, car elle est inexistante à Saint-Boniface.

La réponse de Shawinigan

Le porte-parole de Shawinigan, François St-Onge, rappelle que ce sont les conseils municipaux voisins de la ville qui ont refusé de payer un montant forfaitaire, ce qui fait que la facture revient directement aux usagers.

Shawinigan soutient qu’elle réclame une somme raisonnable puisqu’elle calcule que le prix réel pour recevoir un joueur est bien plus élevé que les 800 $ demandés.

En fait, ça coûte 1700 $, si on veut avoir un vrai chiffre. On a un peu coupé la poire en deux.

Une citation de : François St-Onge, directeur des communications, Ville de Shawinigan
François St-Onge, directeur des communications à la Ville de ShawiniganAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

François St-Onge, directeur des communications à la Ville de Shawinigan

Photo : Radio-Canada

Municipalités touchées par la hausse des tarifs :

  • Grandes-Piles
  • Hérouxville
  • Notre-Dame-du-Mont-Carmel
  • Saint-Boniface
  • Saint-Élie-de-Caxton
  • Saint-Étienne-des-Grès
  • Saint-Mathieu-du-Parc
  • Saint-Paulin
  • Saint-Tite

Les associations sportives ne sont pas les seules touchées par l’application des tarifs supralocaux imposés cet automne : tous ceux qui n’habitent pas Shawinigan devront débourser un prix plus élevé pour avoir accès aux infrastructures telles que les patinoires ou les piscines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !