•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voiture incendiée de M. Labidi : un geste « haineux », selon la police

Le lieutenant Jean-François Vézina de la police de Québec donne les détails des arrestations.
Le lieutenant Jean-François Vézina de la police de Québec donne les détails des arrestations. Photo: Radio-Canada

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a arrêté deux hommes en lien avec l'incendie criminel perpétré sur la voiture du président du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), Mohamed Labidi. Les policiers considèrent qu'il s'agit d'un « crime à caractère haineux ».

Un texte de Louis Gagné

Un premier suspect, Mathieu Bilodeau, a été appréhendé jeudi matin. L’homme de 33 ans, qui « aurait une attirance envers le feu », aurait également mis le feu à quatre conteneurs.

Il a comparu au palais de justice de Québec vendredi après-midi pour répondre à cinq chefs d’accusation d’incendie criminel. Mathieu Bilodeau demeurera détenu jusqu’à son retour en cour, lundi prochain.

Un deuxième homme a été appréhendé vendredi matin. Il aurait participé à l’incendie contre la voiture de M. Labidi. Le suspect est présentement interrogé par les enquêteurs du SPVQ.

« On visait un musulman »

Les policiers sont convaincus que les deux suspects visaient une personne de confession musulmane.

« On peut d’ores et déjà vous spécifier qu’il s’agit d’un crime à caractère haineux. On ne visait pas spécifiquement M. Labidi, mais bien un musulman », a déclaré le lieutenant Jean-François Vézina, agent de liaison auprès des communautés culturelles au SPVQ.

Le rôle qu’occupe M. Labidi au sein du conseil d’administration du CCIQ semblait inconnu [des suspects]. Par contre, on savait très bien que c’était un musulman.

Jean-François Vézina, agent de liaison auprès des communautés culturelles au SPVQ

Les deux suspects, qui selon les policiers demeurent à proximité de la résidence de Mohamed Labidi, située dans le secteur de Sainte-Foy, n’appartiendraient à aucun groupe connu pour son hostilité à l’endroit des musulmans, a précisé M. Vézina.

Geste condamné

La voiture de Mohamed Labidi avait été visée par un incendie criminel dans la nuit du 5 au 6 août derniers.

Ce n’est qu’à la suite d’un reportage de Radio-Canada diffusé le 30 août que l’incident a été porté à l’attention du public. Les policiers de Québec, le maire Régis Labeaume et le gouvernement Couillard avaient préféré taire l’affaire pour ne pas nuire à l’enquête.

L’événement avait été vivement condamné par la classe politique québécoise. Le maire Labeaume avait dénoncé un « geste haineux » contraire aux « valeurs de respect des droits de la personne et des différences » que prônent les résidents de la municipalité.

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, avait pour sa part affirmé qu’« il y a des raisons de s’inquiéter » à la suite « des événements qui s’additionnent dans la région de Québec ».

Québec

Justice et faits divers