•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook choisit Montréal pour créer un laboratoire en intelligence artificielle

De nombreux militants transhumanistes pensent que l’intelligence artificielle et les nouvelles technologies permettront un jour aux hommes de vivre de façon immortelle.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le géant américain des réseaux sociaux Facebook annonce l'ouverture d'un laboratoire de recherche en intelligence artificielle à Montréal.

L’annonce a été faite en présence du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, du chef de la technologie de Facebook, Mike Schroepfer, et du directeur de la recherche en intelligence artificielle, Yann LeCun.

Ce laboratoire, qui verra le jour grâce à un investissement de sept millions de dollars, sera le premier du genre à être ouvert au Canada par l’entreprise de Mark Zuckerberg.

Nous avons choisi Montréal en raison du talent qu’on y retrouve. Nous sommes attirés par le talent.

Mike Schroepfer, directeur de la recherche en intelligence artificielle chez Facebook

Une Québécoise à la tête du laboratoire

La direction sera confiée à la Québécoise Joëlle Pineau, professeure à l’Université McGill et codirectrice du Reasoning and Learning Lab, un laboratoire de recherche sur le rayonnement et l’apprentissage.

J’ai osé croire, parce que Montréal me plaisait, que c’était possible d’avoir une carrière de chercheur à réputation internationale ici. Et je n’étais pas la seule. J’ai plusieurs collègues du MILA qui ont fait le même choix que moi avec les résultats qu’on voit aujourd’hui.

Joëlle Pineau, directrice du laboratoire de recherche de Facebook en intelligence artificielle de Montréal

Le FAIR (Facebook Artificial Intelligence Research) de Montréal oeuvrera en partenariat avec l'Institut canadien de recherches avancées, l'Institut des algorithmes d'apprentissage de Montréal (MILA), l'Université McGill et l'Université de Montréal. À terme, l’équipe composée d’une dizaine de chercheurs devrait employer une trentaine de scientifiques d’ici 2018.

Facebook compte actuellement sur le travail d’une équipe de 110 chercheurs dans le monde en matière d’intelligence artificielle.

Nous avons choisi Montréal en raison de l’écosystème [technologie] qu’on y trouve et nous voulons contribuer à l’effet boule de neige qui s’est amorcé à Montréal autour de l’Université de Montréal, l’Université McGill, MILA, les entreprises innovantes et les investissements des autres entreprises technologiques.

Mike Schroepfer, directeur de la recherche en intelligence artificielle chez Facebook


Montréal deviendra la quatrième ville du monde à accueillir un laboratoire du FAIR. Les trois autres sont situés à New York, à Paris et à Menlo Park, en Californie.

Les géants IBM, Microsoft et Google ont aussi investi au cours des deux dernières années dans le secteur de l'intelligence artificielle à Montréal.

Lorsque des géants de l’industrie comme Facebook décident de s’installer dans nos villes, leur présence témoigne non seulement du talent de calibre mondial des gens de chez nous, mais de notre énorme potentiel de croissance.[…] C’est un vote de confiance pour le Canada.

Justin Trudeau, Premier ministre du Canada

Ottawa, le Québec et l’Ontario ont investi ces dernières années des centaines de millions de dollars dans le développement de la recherche fondamentale en matière d’intelligence artificielle au Canada. À lui seul, le gouvernement fédéral a investi 100 millions de dollars dans ce domaine à Montréal.

Bien qu'elle soit présentée comme une voie du futur, l'intelligence artificielle fait déjà partie intégrante de nos vies. La recherche d'images en ligne, l'assistance vocale (Siri, Cortana), la reconnaissance vocale ou encore les algorithmes dans les domaines de la finance (pour optimiser des placements), des assurances (pour détecter les fraudes), de la logistique (gestion des stocks) ou de l'audiovisuel (pour connaître les habitudes et les intérêts de l'auditoire) n'en sont que quelques exemples.

Informatique

Économie