•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'incendie à Inkerman est d'origine suspecte, selon la GRC

Pont en feu dans la Péninsule acadienne
Circuit cyclable de la Péninsule acadienne Photo: Radio-Canada / René Landry
Radio-Canada

La GRC affirme que l'incendie qui a ravagé un pont jeudi soir à Inkerman est d'origine suspecte. Elle demande à quiconque ayant des informations de communiquer avec elle.

Les pompiers et les policiers ont été contactés vers 15 h jeudi. Lorsque les services d'incendie sont arrivés, le brasier couvrait la totalité du pont.

« Il a fallu que j’appelle l’aide de la brigade d’incendie de Caraquet pour qu’ils puissent nous transporter de l’eau ainsi que les ressources naturelles pour pouvoir nous aider à maîtriser le feu s’il devait se propager dans les buissons qui étaient aux extrémités des ponts », explique Stéphane Hébert, chef du service d'incendie de Shippagan.

Pompiers à l'oeuvreDes pompiers de Shippagan et de Caraquet sont intervenus. Photo : Radio-Canada / René Landry

Les pompiers de Shippagan, accompagné des pompiers de Caraquet et d’agents du ministère des Ressources naturelles, ont réussi à maîtriser l’incendie.

Ils ont combattu les flammes jusqu’à 19 h 30, jeudi. « À notre départ, il restait quelques petits points qui n’étaient pas atteignables par voie terrestre, mais il n’y avait aucun danger pour la population », souligne Stéphane Hébert.

Je dirais que le trois quarts du pont est parti. C’est une destruction totale qui est désolante.

Stéphane Hébert, chef du service d'incendie de Shippagan

La GRC est toutefois demeurée sur les lieux dans l’attente du prévôt d’incendie. Ce dernier commence son enquête vendredi. La piste criminelle n'est pas exclue.

 

Des souvenirs partis en flammes

Glenda Robichaud, une résidente d’Inkerman, s’est rendue sur les lieux jeudi après-midi. L’incendie a suscité beaucoup d’émotion chez l’enseignante.

C’est pas évident. On passait notre jeunesse là-dedans, les jeunes on venait se baigner ici. C’est pas juste Inkerman qui perd aujourd’hui, mais c’est toute la Péninsule.

Glenda Robichaud

Construit en 1894, le pont a d’abord servi au passage des trains. « C’est beaucoup de souvenirs, autant pour nos ancêtres qui ont travaillé fort pour ça. »

Un point de convergence des circuits cyclables

Selon Armand Caron, membre du bureau de direction de la véloroute dans la Péninsule acadienne, le pont est maintenant inutilisable. « C’est une perte totale », a-t-il lancé en entrevue à l’émission Le réveil.

Cette perte est majeure pour les circuits cyclables, qui font environ 350 km dans la Péninsule. « La véloroute, c’est un projet de relier les 14 municipalités et une trentaine de DSL [districts de services locaux] de la Péninsule. »

Le pont enjambant le lac Inkerman sur le réseau cyclable de la Péninsule acadienne. Plusieurs témoins étaient sur les lieux.Le pont enjambant le lac Inkerman sur le réseau cyclable de la Péninsule acadienne. Plusieurs témoins étaient sur les lieux. Photo : Radio-Canada / René Landry

Le pont à Inkerman était justement un point central pour relier plusieurs de ces destinations. « C’est la jonction pour la véloroute pour relier les îles et Shippagan à Inkerman, Inkerman à Caraquet et Inkerman à Tracadie », explique Armand Caron.

Un autre pont?

Pour Glenda Robichaud, cela ne fait aucun doute : il faut rebâtir ce pont. « C’est le lien entre les autres communautés qui est là. Il faut que ce soit reconstruit un jour. » Il rassemblait à la fois les cyclistes, les marcheurs et les motoneigistes.

Par contre, Armand Caron n’est pas convaincu que les résidents d’Inkerman verront bientôt un nouveau pont. « Tout est question d’argent, finalement, dans ces choses-là », lance-t-il.

Le service d'incendie tente de maîtriser le feu. Les pompiers de Shippagan et de Caraquet se sont déplacés sur les lieux. Photo : Radio-Canada / René Landry

Selon lui, le bureau de direction de la véloroute vient tout juste de présenter une planification financière aux bailleurs de fonds provinciaux et fédéraux. « Ce qui vient bouleverser un peu nos plans, c’est qu’il n’y avait pas de pont prévu dans cette planification, évidemment. »

Même s’il espère qu’un autre pont sera construit, il faut composer avec la réalité actuelle, d'après lui.

On a une réflexion à faire à savoir quelles sont les options de contournement. Ça va changer le circuit, au moins à court terme.

Armand Caron, membre du bureau de direction de la véloroute dans la Péninsule acadienne

Nouveau-Brunswick

Incendie