•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au moins 74 morts dans un double attentat en Irak

Les forces irakiennes font l'inspection d'une voiture brûlée, où a eu lieu un attentat à la bombe sur une autoroute près de la ville de Nassiriya, au sud de l'Irak.
Les forces irakiennes font l'inspection du site où a eu lieu un attentat à la bombe sur une autoroute près de Nassiriya, au sud de l'Irak. Photo: Reuters / Essam Al-Sudani

Au moins 74 personnes ont perdu la vie et plusieurs autres ont été blessées, jeudi, à la suite d'un double attentat près de Nassiraya, une ville du sud de l'Irak.

Le groupe armé État islamique (EI) a revendiqué ces actes de violence.

Il s’agit de l’épisode le plus sanglant depuis la reprise de Mossoul, au début du mois de juillet, lorsque les forces irakiennes et leurs alliés ont durement arraché la ville des mains de l'EI.

La première attaque s’est déroulée à la mi-journée, lorsque plusieurs hommes munis d’une arme automatique ont ouvert le feu dans un restaurant situé près d’une autoroute, à la sortie de la ville.

Un membre des forces irakiennes tient dans ses mains un bout de tissu ensanglanté dans un restaurant qui a été la cible d'une attaque à Nassiriya, en Irak.Un membre des forces irakiennes dans un restaurant qui a été la cible d'une attaque à Nassiriya, en Irak. Photo : Reuters / Essam Al-Sudani

Un policier a confié à l’agence Reuters qu’un homme aurait activé sa ceinture d’explosif à l’intérieur de l’établissement bondé. Un autre groupe d’hommes aurait ouvert le feu et jeté des grenades sur l’assemblée.

Les assaillants sont ensuite montés dans une voiture et se sont fait exploser. Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Saad Maan, cette deuxième attaque visait un point de contrôle de sécurité.

L’autoroute ciblée par les attentats est régulièrement empruntée par des pèlerins et des visiteurs venus du pays voisin, l’Iran, et qui se dirigent vers les villes saintes chiites irakiennes de Najaf et Kerbala, situées plus au nord.

Des secouristes ont transporté les corps carbonisés dans des ambulances, tandis que d’autres s’affairaient à dégager les carcasses de voitures brûlées qui jonchaient le sol.

État islamique, le règne de la terreur 
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

International