•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légalisation du cannabis : « Socialement, ça va trop vite » - Gaétan Barrette

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette estime que le projet de loi fédéral sur la légalisation du cannabis est inapplicable dans sa forme actuelle.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet de loi d'Ottawa sur la légalisation du cannabis est incomplet dans sa forme actuelle, selon le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, qui s'est exprimé en marge du caucus libéral qui se tient à Val-d'Or, en Abitibi. « C'est beau de dire le 1er juillet 2018 [le cannabis sera légal], mais ça ne se règle pas d'une façon aussi expéditive, soutient-il. Il y a des enjeux. »

Le ministre de la Santé reproche au gouvernement fédéral son empressement dans ce dossier. « Ce n’est pas un sujet qui est simple, et toutes les provinces l’ont dit : ça va trop vite! », rappelle-t-il.

Je comprends que le gouvernement fédéral veut s’en débarrasser avant son élection, mais socialement, ça va trop vite.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé
 

Une autre lacune du projet de loi est d’omettre de légiférer sur les produits dérivés, avance M. Barrette. « C’est parce que des produits dérivés, il y en a une panoplie », insiste-t-il en citant à titre d’exemples le haschich, les huiles et les muffins au pot.

« En avoir à la maison, c’est un enjeu », soutient le ministre Barrette même si le projet de loi d'Ottawa, dans sa présente mouture, le permet. « Ça a été évoqué en long, en large et en hauteur par les experts qui sont venus à notre consultation publique. »

Le ministre déplore que le projet de loi fédérale ne balise pas le nombre de plants qu’un citoyen peut posséder. « D’en avoir, de ne pas en avoir. D’en avoir deux, d’en avoir quatre… Comment ça se contrôle cette affaire-là? »

Une loi, il faut que ce soit applicable à un moment donné.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé

Le ministre de la Santé confie que toutes les questions entourant le projet de loi sur la légalisation du cannabis sont abordées au sein du caucus libéral et que les discussions se poursuivent pour tenter de faire appliquer la future loi fédérale.

Le gouvernement du premier ministre Philippe Couillard entend dévoiler cet automne la façon dont il prévoit encadrer la production, la vente et la consommation du produit controversé.

Les partis d’opposition à Québec ont affiché leurs couleurs dans ce débat. La Coalition avenir Québec (CAQ) souhaite un encadrement le plus strict possible. Le parti de François Legault milite afin que l'âge légal pour consommer de la marijuana soit fixé à 21 ans.

Québec solidaire (QS) préconise pour sa part le même âge légal que pour acheter de l’alcool ou du tabac, soit 18 ans. Mais, le Parti québécois (PQ) n'a pas encore statué sur ce dossier.

Les trois partis d'opposition s’entendent toutefois sur un point : ils estiment tous trois que c’est à l'État de contrôler la distribution et la vente de cannabis.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !