•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les lacs du Manitoba sont parmi les plus vulnérables à la prolifération des algues

À Hecla, au Manitoba, les eaux du lac Winnipeg tirent sur le vert en raison d'une récente prolifération d'algues.

À Hecla, au Manitoba, les eaux du lac Winnipeg tirent sur le vert en raison d'une récente prolifération d'algues.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon le résultat de récentes recherches, le phosphore qui cause la prolifération des algues dans les lacs peut rester des années dans la vase avant d'être à nouveau libéré dans les eaux et de les polluer davantage. Les auteurs des recherches estiment que les lacs manitobains sont les plus susceptibles d'être vulnérables à ce problème.

« Notre étude s'est concentrée sur le processus de recyclage du phosphore depuis les sédiments jusqu'à la colonne d'eau. Nous pensons que le phosphore est emprisonné dans les sédiments, mais se déplace en réalité dans la colonne d'eau et peut contribuer à la prolifération d'algues », explique la professeure adjointe à l'Université de Winnipeg, Nora Casson, coauteure de l'étude publiée mercredi dans le Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences.

« C'est un problème, car cela signifie que le phosphore qui vient de l'environnement ne va pas seulement provoquer des proliférations d'algues aujourd'hui ou pendant l'été, mais que cela pourrait détériorer la qualité de l'eau pendant des années ou des décennies à venir », dit la professeure.

Des conditions réunies par les lacs manitobains

Selon la chercheuse, les proliférations d'algues peuvent avoir un effet négatif sur les activités récréatives, l'eau potable, les valeurs foncières et la vie sauvage, et peuvent mettre en danger la santé des humains et des animaux.

Les chercheurs ont examiné les données du lac Simcoe, du lac Winnipeg, du lac des Bois, du lac Érié, du lac Champlain, de Cootes Paradise et du lac Diefenbaker pour rédiger leur article.

Les taux les plus élevés de chargement interne de phosphore ont été observés dans les petits lacs des Prairies au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta, tandis que les taux les plus bas ont été observés dans les lacs du Bouclier canadien, en Ontario et dans les Maritimes.

« Il existe certaines conditions différentes qui rendraient un lac susceptible d'avoir des taux plus élevés de chargement interne de phosphore, et les lacs du Manitoba les réunissent tous », explique Nora Casson.

La scientifique précise que les lacs dont le fond est composé de roches sédimentaires, comme ceux trouvés au Manitoba, permettent de libérer le phosphore de la boue accumulée au fond, beaucoup plus facilement que les roches plus dures.

Des conséquences pour les années à venir

La chercheuse précise que les niveaux de pH des lacs du Manitoba sont également parfaitement adaptés au chargement interne du phosphore. La taille relativement petite des lacs manitobains et le fait qu'ils sont peu profonds constituent un problème, car cela signifie qu'ils sont plus facilement agités par les vents, ce qui favorise davantage le processus.

Alors que les chercheurs estiment que peu de choses peuvent être faites pour arrêter le chargement interne de phosphore ou les proliférations d'algues qu'ils causent, Nora Casson espère que la recherche permettra de mieux gérer le problème.

« Les résultats de notre étude suggèrent deux choses. La première est que, si du phosphore s'infiltre dans un lac, nous en verrons les conséquences pendant de nombreuses années à venir et nous devrions donc réfléchir très attentivement à ce que nous faisons dans le paysage pour éviter de polluer nos lacs », souligne-t-elle. « Deuxièmement, on peut utiliser les résultats de cette étude pour prédire comment les lacs se rétabliront si on vient à bout de toute pollution au phosphore, et certains lacs récupéreront beaucoup plus rapidement que d'autres. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !