•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Course à la direction du NPD du Manitoba : un vétéran face à une figure montante

Les candidats à la direction du NPD du Manitoba : Steve Ashton et Wab Kinew

Les candidats à la direction du NPD du Manitoba : Steve Ashton et Wab Kinew

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un vétéran de la politique manitobaine Steve Ashton et une jeune figure montante autochtone Wab Kinew, sont en lice pour devenir le prochain chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Manitoba. À quelques jours du congrès d'investiture qui se tiendra samedi à Winnipeg, Radio-Canada a rencontré les deux prétendants.

Un texte de Camille Gris Roy

Les deux candidats ont des parcours politiques bien différents. D'une part, Steve Ashton, 61 ans, est un vétéran du parti. Élu pour la première fois à l'Assemblée législative du Manitoba en 1981, il a été ministre dans les cabinets de Gary Doer et de Greg Selinger et a finalement perdu son siège de Thompson aux dernières élections de 2016.

Steve Ashton est aussi un vétéran des courses à la direction du parti, puisqu'il s'agit de sa troisième tentative, après 2009 et 2015 (Nouvelle fenêtre). Alors, pourquoi se représenter? « Je me pose moi-même la question des fois, dit-il en riant. Mais il y a des membres du caucus et du parti qui m’ont approché, qui pensent qu’il est important que le parti ait un choix, et un choix progressif. »

Steve AshtonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Steve Ashton

Photo : Radio-Canada / Radja Mahamba

D’autre part, son adversaire Wab Kinew, 35 ans, est un nouveau venu en politique et une figure montante du parti.

Élu pour la première fois au printemps 2016 dans la circonscription de Fort Rouge, il s’est fait remarquer à l’Assemblée législative notamment pendant la période des questions. Auparavant, Wab Kinew a travaillé dans les milieux culturel, médiatique et universitaire.

Il dit avoir voulu se présenter pour « changer les choses ». « Je trouve que le Manitoba maintenant a de grands défis, précise-t-il. Il y a un défi avec le premier ministre qui fait des coupures et qui va endommager les systèmes de santé et d’éducation, mais aussi avec l’avenir. Comment est-ce qu’on va trouver des emplois pour les Manitobains dans un monde où la technologie change beaucoup de choses, comment on va [...] adapter notre système de santé aux prochaines époques? »

Wab Kinew, député de Fort Rouge et candidat à la direction du NPD du ManitobaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Wab Kinew, député de Fort Rouge et candidat à la direction du NPD du Manitoba

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

S'il n'a pas l'expérience politique de son adversaire, Wab Kinew joue sur la carte du renouveau et souligne avoir beaucoup appris pendant cette campagne sur les rouages de la machine néo-démocrate. « Notre parti a besoin de quelque chose de nouveau. »

« Parce que je suis jeune et que je suis engagé avec les populations partout dans la province, je pourrais être une force pour redémarrer cette connexion avec les Manitobains », déclare-t-il.

Steve Ashton assure qu'il apporte lui aussi, à sa façon, un renouvellement.

La question n’est pas d’être une nouvelle personne, la question est de présenter des politiques qui sont adaptées à 2017 et à la suite.

Steve Ashton, candidat à la direction du NPD du Manitoba

« Je m’inspire de gens comme Bernie Sanders et Jeremy Corbyn, poursuit-il, qui ne sont pas tout à fait des enfants du millénaire eux-mêmes, mais qui sont connectés et ont créé des mouvements sociaux dynamiques, en rejoignant les inquiétudes des jeunes. »

Spectre politique

Sur le plan des idées, les candidats se rejoignent sur les grands thèmes. Leurs plateformes parlent de lutte contre les changements climatiques, de la jeunesse, d’emplois et de relations de travail. Tous deux proposent un salaire minimum à 15 $ l'heure. Et la santé, surtout, est au premier plan.

« La façon dont on pourrait changer le système pour l’améliorer, ce n'est pas de faire des coupures, mais de rediriger les réseaux vers la prévention, d'aider les gens à rester en bonne santé chez eux », observe Wab Kinew.

« Santé, éducation, de bons emplois, le climat et l’équité, c’est vraiment ça, les cinq éléments clés », dit pour sa part Steve Ashton.

Wab KinewAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Wab Kinew

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Sur le spectre politique, ce dernier se définit comme social-démocrate. Mais avant tout, il dit que c'est la passion qui le guide. « J’ai ce sens de l’idéalisme [...]. Parce qu’on a vu que les rêves impossibles d’il y a 30 ans sont maintenant des réalités. C’est pour ça que je suis toujours aussi passionné de politique et que je suis dans la course, parce que le travail n’est pas fini. »

Wab Kinew, lui, préfère ne pas s'attribuer d'étiquette précise. « En parlant avec beaucoup de jeunes, je trouve que la chose “gauche-droite” n’est pas vraiment une façon exacte de décrire la politique. Alors pour moi, l'idée est plutôt d’avancer un plan qui est honnête, qui est connecté avec la réalité des Manitobains », souligne le candidat.

Accusations

Plus que sur les idées, cette campagne a aussi été marquée par des questions personnelles. Une ancienne accusation de violence conjugale contre Wab Kinew en 2003, suspendue par la suite, a été remontée à la surface par l’équipe de Steve Ashton, qui estime que son adversaire minimise son passé et doit rendre des comptes aux Manitobains.

Steve Ashton, candidat à la direction du NPD du Manitoba, en entrevue avec Radio-CanadaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Steve Ashton, candidat à la direction du NPD du Manitoba, en entrevue avec Radio-Canada

Photo : Radio-Canada / Radja Mahamba

« C’est un sujet que je prends très au sérieux, et on ne peut rester silencieux, surtout en tant que leaders, dit-il. Je lui ai demandé d’assumer la responsabilité et jusqu’ici il ne l’a pas fait », assure Steve Ashton.

Wab Kinew, lui, maintient qu’il en a suffisamment dit sur le dossier. « Il y a une autre personne qui est concernée par ces questions, alors je dois respecter cette personne. »

J’ai toujours dit que je me suis trompé dans le passé et quand j’avais eu des antécédents criminels. Mais, maintenant, j’ai changé et je suis aussi dans une position unique pour aider les gens qui ont besoin de faire un changement positif.

Wab Kinew, candidat à la direction du NPD

« Ce que j'espère, c’est que les familles dans notre province vont voir [...] que j’ai toujours été honnête avec ces enjeux et j’ai toujours parlé directement. »

Unité du parti

Une chose est sûre dans cette course, c'est que le chef qui sera élu devra être rassembleur. Le parti reste affaibli, trois ans après une rébellion interne qui a créé des clivages profonds.

Là-dessus, les candidats semblent avoir adopté la même philosophie : il est temps d'aller de l'avant, sans toutefois ignorer le passé.

Wab Kinew estime que le processus d’unification, même s’il n’est pas terminé, a déjà commencé. « Si vous regardez l'équipe qui travaille avec moi, il y a des personnes qui ont donné leur appui à tous les trois candidats dans la dernière chefferie et, maintenant, ils travaillent ensemble. »

Pour une véritable réconciliation, il faut admettre ce qui s’est passé et y faire face.

Steve Ashton

Les deux candidats s’entendent aussi sur le fait que l’enjeu est plus important que les tensions internes. L’ennemi commun pour le parti, c'est le gouvernement de Brian Pallister.

Il y a quelque chose de plus important que juste le NPD, c'est maintenant qu’il y a un premier ministre qui est en train d’endommager l'avenir du Manitoba.

Wab Kinew

Steve Ashton espère faire subir au gouvernement de Brian Pallister le même sort que celui de Sterling Lyon - seul gouvernement au Manitoba à n’avoir duré qu’un seul mandat.

Des délégués au congrès 2017 du NPD du ManitobaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des délégués au congrès 2017 du NPD du Manitoba

Photo : Radio-Canada / Justin Fraser

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !