•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés manifestent contre la réforme des soins de santé au Manitoba

Des manifestants tiennent des pancartes sur les escaliers du Palais législatif de Winnipeg.

Quelques centaines de manifestants exigent que le gouvernement Pallister cesse ses compressions dans le système de santé.

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Environ 200 manifestants et membres du Syndicat des employés de la fonction publique du Manitoba (MGEU) se sont rassemblés mercredi midi devant le palais législatif, à Winnipeg, exigeant que le gouvernement Pallister cesse ses compressions dans le système de santé.

Cette manifestation survient après que l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) a annoncé, mardi, que 700 postes d'employés de soutien seront supprimés dans les hôpitaux de Saint-Boniface, de Grace et de Victoria.

Le syndicat demande au premier ministre de revenir sur sa décision afin de préserver la santé des Manitobains.

La présidente du syndicat, Michelle Gawronski, rappelle que le premier ministre manitobain avait promis de protéger le service public pendant sa campagne électorale.

Elle affirme qu'au contraire, il ferme des cliniques express, des salles d'urgence, des services de physiothérapie et élimine aussi des emplois.

C'est [manifester] une façon polie d'inviter le premier ministre à discuter.

Michelle Gawronski, présidente du Syndicat des employés de fonction publique du Manitoba

Selon elle, le dirigeant a fermé la porte à tout dialogue au lendemain de son élection.

Pour sa part, le professeur à l'école du travail social de l'Université de Saint-Boniface David Alper affirme que le gouvernement fait fausse route.

Il ajoute que celui-ci risque d'accentuer les inégalités et d'accélérer la privatisation du système de santé, ainsi que d'aboutir à un système à deux vitesses.

L'ORSW affirme que ces compressions visent l'efficacité, mais David Alper n'est pas d'accord.

Je ne comprends pas comment on peut couper des dizaines de millions de dollars dans le système de santé et le rendre plus efficace.

David Alper, professeur à l'école du travail social à l'Université de Saint-Boniface

Le candidat à la direction du Nouveau Parti démocratique du Manitoba, Wab Kinew, est du même avis.

Quand je parle avec les médecins et les autres qui travaillent dans le système de santé, ils me disent qu'on devrait trouver une façon de travailler sur la prévention des maladies, mais qu'on ne devrait pas faire de coupures.

Wab Kinew, député du Nouveau parti démocratique du Manitoba

Michelle Gawronski affirme que le gouvernement peut toujours faire marche arrière, mais que le syndicat, lui, ne baissera pas les bras.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !