•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 30 ans : Le protocole de Montréal pour protéger la couche d’ozone

    Les travaux et les jours, 27 avril 1958

    Radio-Canada

    Le 16 septembre 1987, le protocole de Montréal est signé par 24 pays, dont le Canada. Quelques années plus tôt, la découverte d'un « trou » dans la couche d'ozone a sonné l'alarme. Le protocole de Montréal vise à éliminer les substances destructrices de l'ozone, dont les CFC. Retour en archives sur cet accord international considéré aujourd'hui comme une grande réussite environnementale.

    Au Téléjournal du 16 septembre 1987, un reportage est consacré à la signature historique du protocole de Montréal. Devant l’urgence d’agir, des scientifiques et des représentants de la communauté internationale convergent vers la métropole québécoise à l’invitation des Nations unies. Dès l’ouverture de la Conférence mondiale de Montréal, les prémisses sont claires : la santé publique est menacée, et la disparition de la couche d’ozone fait craindre pour l’avenir de la planète.

    Les discussions seront fructueuses. Les pays signataires s’entendent pour réduire de 50 % leurs émissions de chlorofluorocarbures (CFC) et autres substances nocives pour la couche d’ozone. Les pays en développement obtiennent pour leur part une période de grâce de 10 ans pour s’ajuster. La Communauté économique européenne crée un précédent en signant comme entité propre alors que l’Union soviétique se défile. Le traité doit ensuite être ratifié dans au moins 11 pays. Un objectif qui sera atteint, et même dépassé.

    Au jour le jour, 25 septembre 1987

    Au milieu des années 80, le « trou » dans la couche d’ozone était sur toutes les lèvres. L’émission Au jour le jour du 25 mars 1987 en témoigne bien. Dans cet extrait, on souhaite répondre à la question de nombreux téléspectateurs : « Que puis-je faire pour protéger la couche d’ozone? » Accompagnée d’un ingénieur d’Environnement Canada, l’animatrice Dominique Lajeunesse tente de vulgariser le processus de destruction de la couche d’ozone. Elle donne quelques exemples de produits domestiques qui contenaient jusqu’à présent des CFC : fixatifs et antisudorifiques en aérosol, réfrigérateurs et divers types d’emballages.

    Téléjournal, 16 septembre 2007

    Le 16 septembre 2007, la communauté internationale est à nouveau réunie à Montréal pour le 20e anniversaire du protocole. Dans ce reportage diffusé au Téléjournal, le journaliste Jean-Hugues Roy propose un rapport d’étape. Au cours des deux dernières décennies, on a éliminé 95 % des substances destructrices de la couche d’ozone. L’accord a également été renforcé à l’occasion de quatre autres assemblées. Le bilan est donc positif pour le protocole de Montréal, considéré comme un exemple d’efficacité pour les traités relatifs à l’environnement.

    Aujourd’hui, des études scientifiques soutiennent que le trou dans la couche d’ozone est en bonne voie de disparaître (Nouvelle fenêtre). Une réduction largement attribuable aux mesures prises dans le protocole de Montréal.

    Encore plus de nos archives 

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Grand Montréal