•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'adaptation télé d'Alias Grace a fait faire des cauchemars à Margaret Atwood

Photo de profil de Margaret Atwood

L'auteure Margaret Atwood

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

La Presse canadienne

Margaret Atwood affirme que l'adaptation télévisuelle de son roman historique intituté Alias Grace (Captive en français) est une oeuvre « très évocatrice » qui lui a donné de « véritables cauchemars ».

L'écrivaine faisait partie des vedettes présentes au Festival international du film de Toronto (TIFF) mardi pour y présenter de nouveaux projets.

Margaret Atwood était accompagnée à la conférence de presse par la scénariste Sarah Polley, qui a fait remarquer que la série en six épisodes arrivait « à un moment intéressant pour les femmes ».

Sarah Gadon y tient le rôle de Grace Marks, une jeune immigrante irlandaise et femme de ménage reconnue coupable de meurtre au Haut-Canada, en 1843. Elle a été innocentée après environ 30 ans derrière les barreaux.

Sarah Gadon dans la série « Alias Grace » (« Captive », en français)

La série « Alias Grace » (« Captive »)

Photo : Facebook/Alias Grace

Cette série constitue la deuxième adaptation d'importance au petit écran pour une oeuvre de Margaret Atwood cette année, après la présentation de The Handmaid's Tale (La servante écarlate) sur Bravo, qui raconte l'histoire d'une société totalitaire dans laquelle les femmes sont la propriété de l'État.

Alias Grace sera diffusée à compter du 25 septembre à CBC, et sera offerte à l'international sur Netflix.

« Je crois qu'avec Alias Grace, nous pouvons regarder derrière nous et voir le chemin parcouru pour les femmes, tandis que The Handmaid's Tale nous prévient de ce qui pourrait nous attendre », a expliqué Sarah Polley mardi.

« Nous sommes dans cet espace entre les deux, a-t-elle ajouté, et je crois que c'est une conversation importante à avoir, non seulement à voix haute et entre nous, mais aussi à garder en tête en tout temps. »

Toronto

Divertissement