•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tripler la durée de vie de la viande grâce à un emballage sous pression

Un étalage de viande
Un étalage de viande Photo: Radio-Canada

À Sainte-Anne-de-La-Pocatière, Recyc-Québec accorde une aide financière de 400 000 $ au Centre de développement bioalimentaire du Québec (CDBQ) pour réduire le gaspillage de viandes fraîches dans les épiceries.

Un texte de Laurence Gallant, d'après les renseignements de Patrick Bergeron

Le projet consiste notamment à développer à plus grande échelle le procédé de traitement aux hautes pressions hydrostatiquessous qui augmente jusqu'à trois fois la durée de conservation d'une viande.

Une fois sous vide, la viande ou la volaille est mise sous une pression extrême dans un bassin d'eau, ce qui écrase, d'une certaine façon, les micro-organismes qui auraient tendance à se développer dans la viande.

Une viande qui est enveloppée dans un emballage ordinaire serait périmée en un mois. Avec le procédé développé au Centre de développement bioalimentaire, à Sainte-Anne-de-la-Pocatière, la viande pourrait être consommable dans les trois mois après la mort de l'animal, tant que la viande demeure sous vide et réfrigérée.

Le CDBQ veut rendre plus accessible ce procédé « à hautes pressions hydrostatiques »Le CDBQ veut rendre plus accessible ce procédé « à hautes pressions hydrostatiques » Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Le CDBQ veut rendre plus accessible ce procédé « à hautes pressions hydrostatiques », qui est déjà connu depuis les années 1990, mais peu utilisé par les grands transformateurs.

« Cette technologie va non seulement pouvoir aider les personnes mieux nanties, parce que ça va leur permettre de mieux gérer leur portefeuille et leur frigo, mais ça va aussi aider les gens dans le besoin », affirme le PDG de Recyc-Québec, Dany Michaud

Ce projet ravit particulièrement le représentant de Recyc-Québec. Alors qu'il était directeur de Moisson Montréal, Dany Michaud cherchait des solutions pour permettre aux moins nantis d'accéder à de la viande encore consommable.

Selon lui, les banques alimentaires font face au défi à la fois énorme et constant de faire acheminer, aux personnes dans le besoin, de la viande qui arrive à la date de péremption, mais qui est toujours comestible.

Les épiceries bénéficieront d'une plus grande marge de manœuvre pour gérer leurs stocks, mais peut-être aussi pour offrir les surplus aux banques alimentaires.

De la viande hachée et son emballageDe la viande hachée et son emballage Photo : iStock

Le Centre de développement bioalimentaire veut également développer l'emballage de la viande en portions individuelles, pour inciter la population à contrôler davantage les quantités de viande qu'elle consomme.

Une campagne pour sensibiliser les consommateurs et les industriels à ce procédé d'emballage sous vide sera lancée cet automne.

Un logo sera désormais présent sur ce type d'emballage en épicerie, qui est d'ailleurs déjà utilisé par certains industriels, comme Viandes DuBreton et Cuisines gaspésiennes.

Cette aide a été attribuée dans le cadre de l'appel de propositions sur la réduction à la source et la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Industrie alimentaire

Environnement