•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : le Canada ne refilera pas la facture aux évacués d'Irma et de Jose

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, et la ministre fédérale du Développement international et de la Francophonie Marie-Claude Bibeau, lors d'un point de presse, lundi 11 septembre 2017.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Mis à jour le 

À la suite de la publication d'un article sur Radio-Canada.ca, le gouvernement canadien fait savoir qu'il n'enverra pas de facture aux évacués pour l'opération de sauvetage en cours à la suite des ouragans Irma et Jose.

Un texte de François Cormier

Questionnée à cet égard plus tôt en journée, la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, n'avait pas fermé la porte à cette possibilité.

Le bureau de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a corrigé le tir en début de soirée en confirmant à Radio-Canada que ce sont les compagnies aériennes qui assumeront les coûts d'évacuation et qu'aucune facture ne sera envoyée aux évacués si le Canada devait déployer d'autres mesures.

Ce n'est pas la première fois que le Canada décide d'assumer seul les coûts d'une opération d'évacuation. En 2006, le gouvernement Harper avait payé l'ensemble des 94 millions de dollars pour le rapatriement des 14 000 Canadiens du Liban, en raison d'un conflit avec Israël.

Cela dit, la politique du ministère Affaires mondiales Canada, comme on peut la lire sur son site web, est claire : si le gouvernement du Canada a procédé à votre évacuation, vous recevrez une facture pour le coût de cette aide, à payer dans un délai de 30 jours. Vous êtes aussi responsable de vos frais de voyage au-delà de ce lieu sûr et de tout autres frais connexes.

Aucune obligation du gouvernement du Canada

Légalement, le Canada n'a aucune obligation d'évacuer ses citoyens qui se trouvent dans les zones affectées par des catastrophes naturelles ou des conflits armés.

Sa politique prévoit que les gens touchés doivent d'abord tenter de trouver des vols commerciaux ou privés pour les évacuer de la région dans laquelle ils se trouvent.

En dernier recours, le Canada peut aider les Canadiens à se rendre dans un lieu sûr. Par exemple, il pourrait s'entendre avec l'Australie, les États-Unis ou encore la Grande-Bretagne pour qu'ils prennent en charge les citoyens canadiens et qu'ils les amènent en lieu sûr. La politique ne prévoit donc pas que les ressortissants canadiens doivent absolument être rapatriés dans leur pays.

Par ailleurs, il est impossible pour le Canada d'envoyer des avions, des hélicoptères ou des navires dans un pays sans avoir l'autorisation de ce dernier.

La décision de voyager relève de vous seul. C'est également à vous seul qu'il incombe de veiller à votre sécurité personnelle à l'étranger, précise Affaires mondiales Canada sur son site web.

Visitez notre dossier sur les ouragans Harvey et Irma  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique