•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’enquête sur la mort de deux Autochtones à Thunder Bay progresse lentement

La rivière McIntyre avec un ruban jaune de la police accochée aux branches d'un arbre.
La rivière McIntyre où le corps de Josiah Begg, 14 ans, a été repêché. Photo: Radio-Canada / Martine Laberge
Radio-Canada

Des progrès « significatifs » auraient été réalisés dans les enquêtes sur les décès, en mai dernier à Thunder Bay en Ontario, de deux adolescents autochtones. Mais selon le coroner en chef, le Dr Dirk Huyer, il y a encore beaucoup de travail à faire. En fait, l'enquête avance à pas de tortue.

Tammy Keeash, 17 ans, de la Première Nation North Cariboo Lake et Josiah Begg, 14 ans, Josiah Begg originaire de la communauté de Kitchenuhmaykoosib Inninuwug (KI) ont tous deux disparu à Thunder Bay le 6 mai.

Leurs corps ont été retrouvés au fond de la rivière McIntyre, à des endroits différents et à une semaine et demie d’intervalle. La police de Thunder Bay avait confirmé à ce moment-là qu’il n’y avait aucun lien entre les deux adolescents et qu’ils ne se connaissaient pas.

Deux portraits de jeunes AutochtonesJosiah Begg et Tammy Keeash Photo : Courtoisie police de Thunder Bay

Trois semaines après la découverte des corps, des chefs autochtones avaient demandé le transfert des enquêtes de la police de Thunder Bay à la Gendarmerie royale du Canada (GRC), en soutenant « l’incapacité du Service de police de Thunder Bay de mener des enquêtes compétentes et crédibles à l'égard de la mort d'autochtones qui ont pris une proportion épidémique dans des cours d'eau de la région ». Le coroner Huyer avait déclaré ne pas pouvoir répondre à leur demande.

En juin, le coroneri a plutôt demandé au Service de police régional de York d’aider les enquêteurs policiers de Thunder Bay. Il s’est également tourné vers le Service de police Nishnawbe Aski pour ses connaissances de la perspective culturelle autochtone.

Dirk Huyer souligne que le travail a jusqu'à présent été « collaboratif » et « coopératif ».

Il est difficile d’être satisfait quand nous enquêtons sur des décès, mais en ce qui concerne l'approche et le travail, je suis satisfait de la façon dont les services [de police] ont travaillé ensemble.

Dr Dirk Huyer, coroner en chef

Jusqu’à maintenant, les enquêteurs ont passé en revue le travail déjà effectué, ils ont contacté les familles des victimes en plus de se rendre dans les communautés d’origine des deux victimes. Ils ont également déterminé les étapes à venir, dont des interrogatoires supplémentaires. L’opinion de nouveaux experts sera aussi demandée.

« [La police] me tient au courant régulièrement et nous discutons de son approche et des mesures qu'elle adopte », a déclaré le coroner en chef, Dirk Huyer en précisant que toute personne détenant de l’information est invitée à communiquer avec les services de police chargés de l'enquête.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Autochtones