•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas moins de 27 émotions chez l’humain

Photo : iStock

Radio-Canada

Vous pourrez y penser à deux fois la prochaine fois que quelqu'un vous demandera « comment ça va? », puisque des psychologues américains ont recensé pas moins de 27 états émotifs chez l'humain, bien plus que ceux qui étaient établis jusqu'à maintenant. Les expériences émotionnelles seraient ainsi beaucoup plus riches et plus nuancées que ce que l'on pensait auparavant. Explications.

Un texte d'Alain Labelle

Les travaux du chercheur Dacher Keltne et de ses collègues de l’Université de la Californie à Berkeley, aux États-Unis, remettent en question l’hypothèse selon laquelle les émotions humaines sont regroupées en six catégories, soit le bonheur, la tristesse, la colère, la surprise, la peur et le dégoût.

En utilisant de nouveaux modèles statistiques pour analyser les réponses de plus de 800 hommes et femmes à 2185 extraits vidéo évocateurs émotionnellement, l’équipe américaine a identifié 27 catégories distinctes d'émotions et a créé une carte interactive multidimensionnelle pour illustrer la façon dont elles sont connectées.

Les vidéos montraient des naissances d’enfants, des mariages, des animaux comme des serpents et des araignées, de la souffrance, des ébats sexuels, et des catastrophes naturelles.

Nous avons constaté que 27 dimensions distinctes, et non six, étaient nécessaires pour expliquer les réactions des participants aux différents extraits vidéo.

Dacher Keltne

En outre, contrairement à la notion selon laquelle chaque état émotionnel est une île, ces travaux révèlent l’existence de variations subtiles d'émotion entre, par exemple, la colère et la tranquillité, l'horreur et la tristesse, et l'amusement et l'adoration.

Nous n’établissons pas de carte précise de groupes d’émotions, car tout est interconnecté.[…] Les expériences émotionnelles sont beaucoup plus riches et plus nuancées que ce qu'on pensait auparavant.

Alan Cowen, étudiant au doctorat

Les auteurs de ces travaux, publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, espèrent que leur découverte aide à mieux saisir les états émotifs qui influencent les humeurs, l'activité cérébrale et les comportements expressifs. Ils espèrent notamment que ces nouvelles connaissances améliorent à terme les traitements psychiatriques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science