•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un important locateur d’Airbnb loue illégalement sur le Plateau

Un appartement du Plateau

Un appartement du Plateau offert sur Airbnb

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une entreprise de location à court terme qui s'affiche sur Airbnb brasse des affaires illégalement à Montréal, a découvert La facture.

Un texte d’Yvan Lamontagne de La facture

À Montréal, le Plateau Mont-Royal est un secteur particulièrement prisé par les touristes et certains utilisent la plateforme Airbnb pour trouver un hébergement dans ce quartier.

Mais certains se plaignent de cette clientèle qui envahit les appartements voisins. Danielle Gagné, qui habite près de la rue Cartier, dit vivre un véritable calvaire depuis trois ans.

Danielle GagnéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Danielle Gagné

Photo : Radio-Canada

« Il y avait du bruit tout le temps. Les gens venaient ici pour faire la fête. Alors ça courait un peu partout, de jour, de soir, de nuit. Pas moyen de dormir. »

— Une citation de  Danielle Gagné

Qui est derrière ces locations? Une équipe de La facture a loué le 4047 de la rue Cartier pour une courte durée. L’adresse nous conduit au site Airbnb, qui la classe parmi les « 20 meilleures locations de vacances à Montréal ».

Le reportage d’Yvan Lamontagne et Paul Morin est diffusé le 12 septembre à l’émission La facture sur ICI Radio-Canada Télé.

Un gros joueur sans permis

Les locateurs sont deux hommes. En raffinant notre recherche, on découvre qu’ils dirigent une entreprise qui s’appelle Sonder. On apprend qu’après la mort du propriétaire de l’appartement, Sonder est devenu le locateur officiel du condo.

Francis DavidsonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Francis Davidson, président de Sonder

Photo : Radio-Canada

« Des entreprises qui offrent des services de location à court terme, on est parmi les plus gros au monde en ce moment. »

— Une citation de  Francis Davidson, président de Sonder

Francis Davidson est le président de Sonder, qui loue une centaine de résidences de tourisme à Montréal, dont une quarantaine sur le Plateau.

Après vérification, nous constatons que cette entreprise ne détient aucun permis. Elle effectue donc ses locations illégalement.

Francis Davidson précise qu’il faut compter un certain temps avant que des règles claires et acceptables pour tous soient établies et que les locations se fassent en toute légalité. Sonder est maintenant présente dans les principales villes en Amérique du Nord.

« Si nos activités ne sont pas les bienvenues ici, on ne continuera pas à opérer dans le gris pendant une décennie. Mais c’est clair qu’on ne peut pas opérer de façon illégale dans aucune ville du monde », déclare Francis Davidson.

Moins de services de proximité

Pour l’urbaniste Gérard Beaudet, c’est le parc locatif qui est menacé et la qualité de vie qui risque de s’effriter. Et ce n’est pas qu’à Montréal.

Gérard BeaudetAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'urbaniste Gérard Beaudet

Photo : Radio-Canada

« On le voit par exemple dans la Haute-Ville de Québec. Au cours des années, on a vu s’effondrer l’offre des services de proximité. Ce qui fait qu’habiter le Vieux-Québec, c’est un problème, parce qu’il faut absolument en sortir pour avoir accès à quelques services de base. »

— Une citation de  Gérard Beaudet, urbaniste

En consultant le rapport Airdna, préparé par des spécialistes américains qui analysent les locations Airbnb, on se rend compte que ce type de location peut rapporter gros.

Sur le Plateau par exemple, une maison située sur la rue Sherbrooke se classe en première position dans la catégorie des quatre chambres et plus. Les spécialistes estiment son revenu annuel à 251 115 $.

Dans cette course aux profits, les intermédiaires de la location sont de plus en plus nombreux, avec la popularité d’Airbnb qui ne cesse de croître.

« C’est particulièrement intéressant d’agir ainsi parce qu’au départ, on n’a pas à supporter un investissement ni à acheter des logements. On n’a qu’à servir d’intermédiaires », explique Gérard Beaudet.

Les propriétaires voisins de la rue Cartier, comme Danielle Gagné, estiment que cette folie de louer des appartements illégalement dans des secteurs résidentiels comme le leur a assez duré. Pour eux, il est temps que ça bouge, au municipal comme au provincial.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !